Aller au contenu principal

Energies renouvelables
Produire de l'électricité grâce au photovoltaïque

Après avoir récupéré la chaleur dégagée par le traitement biologique du lisier pour chauffer les post-sevrages, et refroidi la verraterie grâce à un puits canadien, François et Marie-Françoise Palut, producteurs de porcs à Plouvorn, ont équipé un hangar de 300 m² de panneaux photovoltaïques.

"Depuis 2003, nous faisons attention à l'énergie, affirme François Palut. C'est un poste de charge non négligeable en production porcine". Il sera le premier en France, et aujourd'hui encore le seul, à installer une pompe à chaleur au sein du réacteur biologique de sa station de traitement de lisier pour chauffer 3 500 places de post-sevrage. "Pour un kW acheté à EDF, trois autres sont produits gratuitement".

Un amortissement sur 10 ans

Poursuivant sur sa lancée, il construit, en 2005, un puits canadien, pour refroidir la verraterie l'été et la réchauffer durant l'hiver. "L'échange de chaleur se fait par 150 mètres de canalisations, enterrées à 1,5 m de profondeur".
Si François Palut réfléchissait déjà à une installation photovoltaïque, c'est un peu le hasard qui met Erwen Prigent, le directeur d'Odislor, sur sa route. "Je lui ai dit qu'il me fallait un retour sur investissement en 10 ans". L'entreprise, jusque-là surtout orientée vers les particuliers, le suit dans sa démarche. Et, quelques mois plus tard, ce sont 300 m² de panneaux photovoltaïques qui ont pris place sur un hangar flambant neuf, destiné à stocker du matériel agricole.
"L'investissement se monte à 157 000 €, tout compris, détaille Pierre-André Moore, directeur de région Ouest Odislor Energy. Ce qui met le watt crête à 4,80 €. Nous sommes les moins chers du marché". Les panneaux sont intégrés au bâtiment, ce qui permet de bénéficier d'un meilleur tarif de rachat de l'électricité, légèrement supérieur à 0,6 €/kWh. "Et le système d'intégration, breveté par Odislor, permet de mieux ventiler l'installation, grâce à une lame d'air entre les tôles et les panneaux, et de gagner 3% de rendement supplémentaire". Les onduleurs, à fractionnement électronique, sont garantis 10 ans, les panneaux photovoltaïques 25 ans. "La vente d'électricité rapportera 22 000 € par an. L'amortissement se fera en 10 ans. Après, ça laisse un revenu confortable".

 

Sur n'importe quelle charpente

Les panneaux solaires peuvent s'adapter à n'importe quelle charpente, sans qu'il soit nécessaire de la renforcer : pesant seulement 13-14 kg/m², ils sont plus légers que les autres types de couverture. "Et ils sont prévus pour résister à des vents de 170 km/h, rajoute Pierre-André Moore. Nous avons des installations dans le Sud-Ouest de la France. Aucune n'a été endommagée par des vents à 140 km/h".
N'ayant pas de pièces d'usure, les panneaux photovoltaïques ne réclament pas d'entretien. Et leur nettoyage annuel est assuré par Odislor, qui s'engage pour 20 ans.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité