Aller au contenu principal

Démonstration FRCUMA
Produire du biodiesel à la ferme : quels en sont les intérêts ?

Déjà dans la région, des agriculteurs produisent et utilisent de l'huile végétale pure. Y a-t-il alors un intérêt de transformer cette huile en biodiesel ? C'est ce qu'ils ont voulu savoir en invitant une Cuma de Charente-Maritime à réaliser une démonstration de production d'agrodiesel à la ferme à partir d'une unité mobile.

Bruno Texier, de la Cuma l'Olph'active de Charente-Maritime, a présenté le 24 janvier à Ruca (22), son unité mobile de production d'agrodiesel, encore appelé biodiesel, huile végétale estérifiée, ou Diester. Une trentaine d'agriculteurs bretons, producteurs et utilisateurs d'huile végétale pure (HVP), ont ainsi assisté à cette démonstration organisée par la Fédération régionale des Cuma, sur l'exploitation de Frédéric et Dominique Darley.

Depuis le 1er janvier 2007, la production d'HVP et l'utilisation chez soi ou entre agriculteurs est en effet possible et échappe aux taxes. Au Gaec Darley par exemple, les graines de colza issues des 3 ha cultivés, sont triturées par la presse Innov'22, et les 2000 litres d'HVP produits sont entièrement consommés pour les besoins de la ferme sur une surface de 45 ha.

 

Conserver la garantie du tracteur

S'agissant du biodiesel en revanche, si la production est permise à la ferme, son utilisation n'est pas autorisée. Cependant, Bruno Texier est convaincu que "plus les agriculteurs seront nombreux à produire du biodiesel, plus ils auront du poids pour faire changer les lois". En outre, selon cet agriculteur charentais, le biodiesel a plusieurs avantages sur l'HVP : des caractéristiques très proches de celles du gazole, aucune adaptation du moteur nécessaire, et surtout, la garantie constructeur est conservée sur les tracteurs.

Moins d'une journée est nécessaire à la production de 300 litres, avec l'unité mobile dont l'investissement s'élève à 7 500 €. Quelques précautions sont par contre requises pour la manipulation des adjuvants. Le process consiste à ajouter, à l'huile chauffée à 60°C, de la soude et du méthanol qui joueront un rôle de catalyseur. Par simple décantation, l'huile estérifiée se sépare ensuite de la glycérine qui peut par ailleurs être valorisée en combustible, savon, ou pour la méthanisation. Enfin, le biodiesel est purifié par lavage à l'eau.

 

0,60 € par litre

Amortissement du matériel et coûts des intrants compris, la production d'un litre de biodiesel revient à 0,60 €. Aujourd'hui le biodiesel n'est donc pas intéressant d'un point de vue strictement économique, d'autant plus que, comparativement il nécessite une surface de colza plus importante. Le biodiesel est en effet utilisé dans sa totalité alors que l'huile végétale n'est introduite qu'à hauteur de 30% dans le carburant, mélangée au gazole.

Pour les agriculteurs présents à la démonstration, il était pourtant essentiel de s'informer sur les intérêts et contraintes de la production de biodiesel, peu rentable actuellement, mais qui peut s'avérer intéressante si la donne change. A ce propos, Bruno Texier estime d'ailleurs que "l'instauration de la taxation carbone dans les années à venir fera pencher la balance en faveur du biodiesel".

 

Audrey Dibet

 
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
PCAEA : des nouveautés dans les appels à projets qui viennent d’être ouverts
La Région Bretagne vient de lancer trois appels à projets 2021 du plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations…
Publicité