Aller au contenu principal

Quand le risque sanitaire vient de la forêt

Lors de son assemblée générale du 17 mars, le GDS d'Ille et Vilaine s'est intéressé aux risques sanitaires que peut faire courir la faune sauvage aux animaux d'élevage.

Lors de l'assemblée du GDS, jeudi 17 mars.
Lors de l'assemblée du GDS, jeudi 17 mars.
© Cécile Julien

Après tous les efforts consentis pour amener leurs animaux à un excellent niveau sanitaire, les éleveurs bretons ne voudraient pas tout perdre à cause de la faune sauvage. Cette crainte est pourtant réelle. Avec l'accroissement des populations sauvages, les risques de transmission augmentent. Jean Hars, inspecteur de la santé publique vétérinaire à l'Office national de la chasse, l'a constaté. "Il a toujours eu des interactions entre animaux domestiques et sauvages, explique le vétérinaire. La faune sauvage est un réservoir de maladies, qui pourrait rester inaperçu si l'expansion de certaines espèces et l'extensification de l'élevage n'augmentaient les risques de contagion". Ainsi, le sanglier, dont la population a été multipliée par 6 en 20 ans, est porteur de la peste porcine, de la maladie d'Aujesky ou encore de la brucellose. Des maladies qu'il peut apporter dans un élevage en plein air. "Les risques de transmission sont réels, constate Jean Hars. Certains départements en font déjà les frais. Les élevages plein air doivent donc se protéger de l'intrusion des sangliers".

 

Vigilance et protection

Dans certains cas, la protection est plus difficile. Comme pour la FCO, transmise par un moucheron et dont des animaux sauvages, comme le cerf pourraient être un réservoir de virus. La faune sauvage pourrait aussi être un réservoir pour la paratuberculose.

La tuberculose bovine est en recrudescence. Quelques départements concentrent l'essentiel des cas. Des bovins ont contaminés des sangliers et des blaireaux, qui la transmettent à d'autres bovins. "La maladie est difficile à éradiquer chez les animaux sauvages, prévient le spécialiste. La seule certitude est qu'une forte densité augmente les risques de transmission et de persistance de la tuberculose".

Pour surveiller l'état sanitaire de la faune sauvage, l'ONC travaille en partenariat avec les fédérations de chasse. Les chasseurs lui transmettent des échantillons quand ils rencontrent des mortalités suspectes. Des enquêtes plus ciblées sont aussi conduites pour surveiller les maladies à fort impact économique et sanitaire, comme la brucellose, la tuberculose ou la fièvre catarrhale. Des espèces sentinelles sont surveillées de près, comme le cygne pour l'influenza aviaire ou le sanglier pour la tuberculose. "Il ne faut pas pour autant diaboliser la faune sauvage, tempère Jean Hars. La vigilance suffit souvent".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Tags en exploitation : jusqu’où iront-ils, s’interroge la FDSEA 29
En fin de semaine dernière, plusieurs tags ont été découverts sur deux exploitations agricoles de Plonévez-Porzay, dont celle de…
Publicité