Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Quand les laiteries s'engagent sur l'installation

Le groupe lait JA Bretagne et JA Pays de la Loire a décidé de mener un travail de comparaison des projets des laiteries pour l’installation dans la nouvelle ère sans quota qui vient tout juste de débuter. Ce travail n’est pas exhaustif, il se base sur les projets des laiteries dont nous avons eu connaissance : Agrial, Eurial, Sodiaal, Terrena, Bongrain et Lactalis.

© T. Guillemot

Il y a bientôt un an, JA Bretagne et Pays de la Loire invitaient les représentants de Coop de France Ouest et de la FNIL Ouest pour leur présenter les propositions JA pour l’installation dans le post-quota. Certaines propositions ont été entendues, rapide tour des différents points importants pour JA.

 

Des jeunes formés

JA défend que les jeunes s’installant justifient d’un diplôme agricole de niveau IV et de la participation au Plan Professionnel Personnalisé (PPP). Ces deux éléments sont un gage de réussite pour les jeunes. Quelques entreprises comme Eurial ou Agrial font référence à ce niveau IV de diplôme, Eurial demandant même que le porteur réponde aux conditions d’éligibilité aux aides à l’installation, donc au PPP. De plus, JA salue la mise en place d’un crédit formation à destination des jeunes agriculteurs par Sodiaal à travers sa Sodiaal Box et les 10 jours de formation proposés par Bongrain.

 

Un Plan d'Entreprise validé

Le Plan de Développement de l’Entreprise (PDE) est devenu le Plan d’Entreprise (PE) depuis le 1er janvier 2015. JA demande que tout jeune réalisé ce PE qui lui permet de se projeter sur 5 ans et de vérifier la viabilité du projet d’autant plus que le nouveau PE apporte plus de souplesse en supprimant les fiches annuelles de suivi et en réduisant les cas où un avenant est nécessaire.

La plupart des entreprises demandent une étude économique, plus ou moins détaillée, mais aucune ne fait référence au Plan d’Entreprise. Pour JA, le PE laisse plus de liberté au jeune car l’étude n’est pas réalisée par une entreprise partie-prenante (banque, laiterie) dans l’installation. Le PE est un outil commun qui doit être utilisé par tous. Eurial et Agrial demandent au jeune de mettre en place une GTE Lait, élément intéressant pour les JA à condition que les résultats de ce suivi restent au niveau de l’exploitation du jeune.

 

Un contrat spécifique jeune

Les premières années d’installation ne sont jamais faciles, les investissements sont importants et l’assise financière et technique n’est pas encore bien formée.  Il est donc important pour JA que les jeunes installés, sous réserve d’un niveau de formation et d’un PE validé puissent bénéficier d’un contrat spécifique jeune comprenant plusieurs points :

- un contrat plus long. La loi d’avenir agricole introduit le fait que les jeunes peuvent bénéficier d’un contrat de 7 ans. Seule l’entreprise Bongrain y fait référence dans son projet. Pour JA, un contrat plus long est une garantie que le jeune apporte en plus auprès de ses financeurs notamment.

- La possibilité pour le jeune de produire 100% de son volume en prix A (si double-prix, double-volume mis en place).  Eurial et Terrena intègrent le volume B produit sous les quotas dans le volume A à partir du 1er avril 2015. JA regrette qu’aucune entreprise pratiquant le double-volume double-prix n’a annoncé que les volumes à l’installation seraient intégralement au prix A.

- Laisser 3 ans au jeune installé pour atteindre son volume contractualisé ceci afin de ne pas pénaliser le jeune lors de sa phase de développement de son exploitation. Les entreprises Agrial, Eurial et Terrena ont repris cette proposition.

- Insérer une clause de maintien de marge permettant au jeune installé de moins subir la volatilité des prix durant les 5 premières années. L’entreprise Bongrain a sorti un mécanisme qui va en ce sens en reprenant le ratio coût alimentaire/prix du lait avec un seuil de déclenchement d’une aide de 10€/1000 litres (plafonnée à 15€/1000 litres annuel sur 500 000 litres).


Des volumes cohérents pour des exploitations vivables et transmissibles

JA Bretagne et Pays de la Loire a défendu que le volume soit dépendant du projet du jeune tout en étant vigilant que cela reste vivable pour le porteur de projet. Certaines annonces de laiterie proposant des volumes importants font craindre aux JA sur l’aspect vivable notamment lorsque les jeunes s’installent dans des sociétés où les associés sont proches de la retraite. JA Bretagne et Pays de la Loire salue le fait que certaines entreprises, comme Agrial ou Lactalis, propose des volumes supplémentaires aux jeunes installés lors de la dernière campagne sous les quotas mais regrette que Lactalis fractionne les volumes jeunes installés octroyés en 2 fois 100 000  litres au lieu de proposer directement 200 000 litres et en laissant 3 ans pour les atteindre.

 

Financement de l'installation

La taille des exploitations augmentant, le coût d’installation d’un jeune en individuel en installation aidée spécialisée lait a été plus que multiplié par deux en 12 ans, passant de 178 000 € en 2001 à 379 000 € en 2013 (source : Eoloas).

Cette augmentation des coûts peut être problématique pour un certains nombres de jeunes. Toutes les initiatives en faveur d’un appui au financement de l’installation, sous réserve que cela n’entrave pas la liberté de l’agriculteur, sont à encourager.

JA Bretagne/Pays de la Loire salue l’initiative de Sodiaal de mettre en place une aide à l’acquisition du capital social via la Sodiaal box et celle de Bongrain de proposer une garantie bancaire auprès d’un fond extérieur.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
Dans l’Orne, une nouvelle attaque d’élevage suscite la colère de la profession agricole

Un incendie criminel a ravagé trois bâtiments d’un élevage de poulets de l’Orne, dans la nuit du 16 au 17 septembre. Si l’…

Vignette
Ressources humaines : un volet à cultiver avec soin !
La main d'oeuvre disponible sur le marché de l'emploi se fait rare. Un constat que partagent agriculteurs et services de…
Vignette
L'agriculture de conservation des sols, une troisième voie ?
Alors que le rapport spécial du Giec publié début août réaffirme l'étroite relation entre agriculture, état des sols, sécurité…
Vignette
Pas de glyphosate détectable dans leurs urines
Tous sont utilisateurs de glyphosate. En réponse aux pisseurs volontaires, vingt agriculteurs de la FDSEA du Morbihan ont fait…
Vignette
L'enjeu environnemental et climatique au cœur du Space 2019
La 33e édition du Space, qui se clôture ce vendredi a été fidèle à ses fondamentaux. Le salon est bien le temps fort…
Vignette
Chauffer un poulailler par géothermie pour économiser des euros et des kg de CO2
Si l’ambiance des poulaillers les plus récents est bien maîtrisée même en période de forte chaleur, l’alimentation des volailles…
Publicité