Aller au contenu principal

À quel prix céder son élevage ?

En lait comme en porc, une moindre rentabilité des élevages entraîne un décrochage entre valeur patrimoniale et valeur économique, obligeant les cédants à revoir leur prix de vente à la baisse au moment de la reprise de leur outil. Le point avec CER France Finistère.

Michel Mingam, directeur du CER France Finistère, et Cédric Maguer, responsable du service études.
Michel Mingam, directeur du CER France Finistère, et Cédric Maguer, responsable du service études.
© Terra

"Ces quinze dernières années, le troupeau laitier moyen finistérien a connu une progression constante et est passé de 45 à 63 vaches laitières", détaille Cédric Maguer, responsable du service études à CER France Finistère. Malgré cette augmentation de cheptel, le capital d'exploitation, qui comprend bâtiments, matériel, cheptel, stock..., est resté relativement stable jusqu'en 2007, aux alentours de 200 000 €. "Les éleveurs ont saturé leurs outils, mais ça ne pouvait durer qu'un temps". Et il leur a fallu investir pour loger leurs animaux supplémentaires, robotiser la traite, renouveler leur matériel...

Plus de capital
Mais si, depuis 2008, le capital n'a fait que croître, pour se situer désormais à 350-370 000 €, la rentabilité, elle, a suivi le chemin inverse, notamment en 2011 et 2012. Et l'on constate aujourd'hui un décrochage entre la valeur patrimoniale de l'exploitation, espérée par le vendeur au moment de la cession de son outil, et sa valeur économique, aux alentours de 300 000 €, qui permettrait au repreneur de tirer un revenu de son travail. "Et l'écart ne cesse de se creuser", constate Michel Mingam, le directeur de CER France Finistère.

Et moins de rentabilité
En production porcine, la situation est similaire. "En une quinzaine d'années, le capital moyen d'exploitation est passé de 600 000 à un million d'euros". Contrairement à l'atelier lait, le nombre de truies n'a que peu évolué. Mais les mises aux normes bien-être des gestantes sont passées par là, tout comme la mise en cohérence de l'engraissement, nécessitant la construction de nouveaux bâtiments. Et la rentabilité n'est plus au rendez-vous.

"Il n'y a pas si longtemps, les cycles du porc permettaient, sur cinq à sept ans, de compenser les mauvaises années par les bonnes. Mais, depuis 2008, il n'y a pas eu de bonne année. Les repères ont disparu". L'évolution est encore plus brutale qu'en lait et les écarts entre valeur patrimoniale et valeur économique plus importants, ne manquant pas d'inquiéter bon nombre d'éleveurs qui approchent de l'âge de la retraite et songent à céder leur outil.

À chaque situation son analyse
Si l'étude est finistérienne, l'analyse vaut, dans ses grandes lignes, pour les autres départements bretons. "Mais chaque situation est un cas à part, tient à souligner Cédric Maguer, qui se refuse à indiquer des normes de reprise. Le foncier, l'état des bâtiments, les performances techniques sont autant d'éléments à prendre en compte". D'autant que s'y rajoute un troisième critère. "Le marché va aussi jouer, avec des écarts importants en fonction du secteur géographique, de la pression foncière...". Cinq à six repreneurs potentiels vont faire monter les prix là où un candidat unique aura plus de chances de pouvoir négocier. "Et, contrairement à ce qu'on pourrait penser, il n'y a pas d'écart sur la valeur de rachat d'une exploitation, selon que la reprise se fasse ou non dans un cadre familial".

L'augmentation de la taille des élevages induit des montants de rachat toujours plus élevés et obligera sans doute, demain, à ne plus se contenter du seul financement bancaire. "Le partage de risques financiers deviendra progressivement la règle".

Apprendre à travailler à plusieurs
"Mais il faut désormais tenir compte d'une autre donnée au moment de l'installation, rajoute Michel Mingam. Les exploitations étant désormais plus grandes, le repreneur devra travailler soit avec un associé soit avec des salariés. Et sa capacité à travailler en commun ou à être employeur sera au moins aussi déterminante que ses résultats techniques".

Chantal Pape
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité