Aller au contenu principal

A l'horizon 2025
Quel scénario pour la filière avicole française ?

Les chercheurs de l'Inra et de l'Itavi ont planché sur l'évolution de la filière avicole française à l'horizon 2025. Et ont imaginé 4 scénarios, révélés lors des réunions de restitution de l'enquête avicole, courant décembre.

A l'image de l'Union européenne, passée en 10 ans seulement de 21% des exportations mondiales de viande de volaille à 8%, la production française est, elle aussi, en net recul, - 2,3% par an quand, au niveau mondial, elle croît de 3,8% par an. "Nous avons un sérieux handicap de compétitivité, constate Christian Delabrosse, du pôle régional porcs-aviculture des chambres d'agriculture de Bretagne. Le coût de production, hors main d'oeuvre de l'éleveur, est de 0,45 €/kg vif au Brésil et 0,69 € en France". A une perte de marchés à l'extérieur, se rajoute une augmentation des importations.
Pour tenter d'y voir plus clair sur les évolutions à moyen terme, l'Itavi et l'Inra ont entamé un vaste travail de prospective, passant en revue les politiques publiques, le comportement du consommateur, les stratégies des opérateurs de la filière ou les innovations scientifiques et techniques. Et proposent 4 scénarios, aux noms évocateurs...

La chair de poule

Dans ce scénario, la filière avicole française, happée par la mondialisation, ne fournit plus que le marché du frais et de l'ultra-frais, tous les produits entrant dans la composition de plats préparés étant importés, en raison de leur moindre coût. La production française chute de 30%, 580 000 t sur les 1,85 millions de t en 2008, et se concentre dans l'Ouest de la France, la région la plus compétitive. "C'est ce qui se passe aujourd'hui, en pire", résume Christian Delabrosse.

Le coq européen

L'Europe ayant décidé de protéger son marché, par le biais de droits de douane et de normes sanitaires, la tendance à la baisse de production, enregistrée en France depuis 2000, est nettement ralentie. Au sein d'une filière avicole restructurée et modernisée, le marché est très standardisé et le prix reste le principal critère de choix du consommateur. La production, en chute de 120 000 t, se concentre dans l'Ouest de la France.

La poule est dans le pré

Développement durable, protection de l'environnement et production locale de qualité permettent au secteur avicole de tirer son épingle du jeu. La France exporte des produits à haute valeur ajoutée mais la tendance à la baisse de consommation de viande ne permet pas à la filière avicole de maintenir ses volumes : la production chute de 230 000 tonnes.

La poule au pot

"C'est le scénario le plus optimiste", affirme Christian Delabrosse. La sécurité alimentaire est un enjeu partagé par tous les pays et la production est encouragée au sein de chaque grande zone. L'Union européenne place l'autosuffisance alimentaire au premier plan de ses préoccupations et la France, tout en diminuant ses importations, parvient à augmenter légèrement sa production.

Et demain ?

"Ces scénarios ne sont pas à prendre au pied de la lettre, explique Christian Delabrosse. Ils sont un outil d'aide à la décision pour l'orientation de la recherche et la définition de stratégies pour la filière française".
"Dans le Finistère, l'aviculture représente 600 éleveurs et 5 000 emplois induits, rajoute Didier Goubil. Ce n'est pas rien, en terme d'aménagement du territoire et de maintien des emplois, en ces temps de crise". Et le président de la commission avicole de la chambre d'agriculture d'appeler à un véritable soutien de la production.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité