Aller au contenu principal

Jeunes agriculteurs
Quelle agriculture demain ?

Si la crise que traverse actuellement l'élevage a été évoquée dans le rapport d'activités, les Jeunes Agriculteurs ont profité de leur rapport d'orientation pour tenter de dessiner l'agriculture de demain.

"Nous devons nous rapprocher du consommateur pour limiter les coûts et nous réapproprier l'acte de vente de nos produits". Si les JA sont convaincus que, demain, les agriculteurs devront s'organiser en OP et AOP pour peser face aux industriels, ils croient aussi au développement des magasins de producteurs.

 

Se rapprocher du consommateur

 

Ce lien au territoire, la grande distribution tente, déjà, d'en tirer profit. Et propose désormais des produits locaux, photo du producteur à l'appui, aux côtés des marques nationales, des marques distributeurs et des premiers prix. "Mais ça reste de faibles volumes", constate Jean-Luc Léchère, directeur des relations avec le monde agricole à Carrefour France.

Président de la Sica de Saint Pol de Léon, Pierre Bihan Poudec y voit plutôt un danger pour le monde agricole qu'une chance. "La grande distribution s'est concentrée. Il faut concentrer l'offre aussi, sinon les prix s'effondrent".

C'est aussi parce qu'elle voulait se rapprocher du consommateur que Cooperl Arc Atlantique a acquis un réseau de boucheries, il y a deux ans. "C'est un secteur-test pour nous, reconnaît Guy Dartois, son président. Pour le moment, les volumes sont faibles, à peine plus d'1% de notre capacité industrielle. Mais, en ces années difficiles pour la filière porc, il a réalisé plus du tiers de notre résultat".

 

Exporter

 

Guy Dartois veut croire à la vocation exportatrice de l'agriculture française. "Mais, au niveau de l'Union européenne, le dumping social tue nos filières". Et de citer l'Allemagne, où 70% du personnel des industries de première et seconde transformation sont payés 7 EUR/h, contre 21 à 22 EUR en France, charges sociales incluses. "Dans une Europe de libre-échange, il est inconcevable que les règles ne soient pas les mêmes pour tout le monde", estime JA, en évoquant également les phytos, la qualité, la traçabilité... "Oui à l'Europe. Mais à une Europe égalitaire".

 

Payer

 

"L'agriculture souffre de cette course aux prix bas". Les JA n'ont pas manqué d'interpeller les représentants de Carrefour sur la politique d'achat de la grande distribution et de dénoncer des marges excessives. "On ne peut pas ne pas observer la concurrence, se défend Claude Gouriou, adjoint au directeur de Carrefour Brest. Le client est sensible aux prix". "Il n'est pas dans notre intérêt de mettre des entreprises en difficulté, rajoute Jean-Luc Léchère. Si le tissu industriel local s'appauvrit, nous perdons des clients". Et, pour la grande distribution, il est nettement préférable d'avoir à faire à des fournisseurs concurrents plutôt que d'être à la merci d'un seul ! Des arguments qui n'ont pas convaincu : dès le lendemain, les JA manifestaient au Leclerc de Morlaix, pour réclamer une meilleure répartition des marges et la possibilité, pour les industriels, de passer des hausses afin de payer les produits agricoles à leur juste valeur.

Les JA en appellent aux élus

 

"La passion ne suffit pas, il devient urgent de pouvoir vivre dignement de nos métiers". Tout au long du rapport d'activités, les JA ont multiplié les appels aux élus sur la préservation du foncier agricole, la défense de l'élevage, la station de conditionnement de la Sica de Saint Pol, les contraintes environnementales, la traçabilité... "Vous devez nous défendre, défendre l'économie agricole de notre région. Si vous ne nous comprenez pas, nous ferons le nécessaire...". Un message que relaiera Thierry Merret, président de la FDSEA, un peu plus tard. "Nos élus ne prennent leur écharpe que quand il est trop tard".

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité