Aller au contenu principal

LA FNSEA FAIT SON BILAN DE SANTÉ DE LA PAC
"Quelle PAC pour quelle souveraineté alimentaire ?"

Partage de vue sur les constats, mais divergences profondes sur les solutions. Depuis Rennes où il se trouvait dans le cadre des rencontres interrégionales FNSEA, Jean-Michel Lemétayer a réagi presque instantanément aux déclarations sur le bilan de la PAC de Mariann Fischer Boel, Commissaire européen à l’Agriculture, devant le Parlement européen de Strasbourg.

Jean-Bernard Bayard, secrétaire général adjoint de la FNSEA, Jean-Michel Lemétayer, président, et Laurent Kerlir, président de la FRSEA Bretagne.
Jean-Bernard Bayard, secrétaire général adjoint de la FNSEA, Jean-Michel Lemétayer, président, et Laurent Kerlir, président de la FRSEA Bretagne.
© Terra
Ce n’est pas le même bilan de santé de la PAC que font Mariann Fischer Boel, Commissaire européen à l’Agriculture, et Jean-Michel Lemétayer, président de la FNSEA. Quand l’une intervenait devant le Parlement de Strasbourg en défendant une PAC davantage orientée vers la gestion des risques que la gestion des productions et des marchés, le leader agricole français a, lui, réaffirmé presque au même moment à Rennes la nécessité d’une PAC assise sur des outils de gestion efficace.
'quot;On a l’impression que la Commission européenne n’apprécie pas quand les prix sont bons pour les producteurs'quot;, avançait même Jean Michel Lemétayer en évoquant le cas des quotas laitiers, dont l’existence n’est pas acquise au-delà de 2013. S’il ne se dit 'quot;pas opposé à une sortie du système'quot;, le président de la FNSEA conteste néanmoins la politique d’augmentations successives des quotas conduite par Bruxelles dans le seul objectif de contenir le prix payé au producteur. Et Jean-Michel Lemétayer d’enfoncer le clou, sur la question des cours des céréales cette fois : 'quot;la commission européenne ne fait pas tout bien. La tension actuelle des marchés est le résultat d’une politique que nous n’avons pas cautionnée'quot;, a-t-il expliqué en rapprochant la flambée céréalière de ses conséquences sur la production porcine. Une production pour laquelle il a nouvelle fois réclamé de Bruxelles le recours aux restitutions.
Autre production touchée, le lapin dont les éleveurs sont confrontés aux mêmes hausses de coût 'quot;sauf que, à la différence du porc, si on fait disparaître le lapin des rayons, personne ne s’en apercevra'quot;.

Réfléchir à l’après 2013
Cours élevés d’un côté, trop bas de l’autre, pour Jean Michel Lemétayer les faits vont dans le sens d’une volonté de la Commission européenne de 'quot;livrer les paysans au marché'quot;. Il en veut pour autre preuve la manière dont Bruxelles voudrait faire évoluer la jachère, en transformant l’outil de gestion qu’elle est aujourd’hui en outil environnemental. Car, pour le président de la FNSEA, rien ne dit que les tendances observées actuellement ne s’inverseront pas demain. Il demande donc que les décisions à prendre quant à l’avenir de la PAC soient le fruit d’une réflexion plus approfondie : 'quot;si des évolutions doivent avoir lieu, elles doivent être envisagées dans la perspective de l’après 2013'quot;, a-t-il souhaité en liant la réalisation de ce vœu à la prochaine présidence française de l’Union en juillet prochain.
D’ici là, la FNSEA elle-même aura finalisé son projet, lors de son prochain congrès, à Nantes, début avril. Pour Jean-Michel Lemétayer 'quot;la question principale est : quelle PAC pour quelle souveraineté alimentaire de l’Europe ?'quot;.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité