Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Quelle place pour les femmes en agriculture ?

Si un chef d'exploitation sur trois est aujourd'hui une femme, ces dernières restent encore peu visibles en agriculture et peinent à se faire une place. C'est pour tordre le cou aux idées reçues et essayer de faire changer les choses que la Maison familiale de Ploudaniel fait plancher l'une de ses classes sur le sujet.

femmes en agriculture
Après avoir planché sur l'écriture d'une pièce de théâtre, les élèves de Seconde de la MFR de Ploudaniel ont rencontré Nathalie et Anne-Marie Siou, agricultrices, et Laura L'Azou, salariée en service de remplacement.

130 hectares de SAU, 130 vaches et 15 hectares de plants de pommes de terre. C'est d'abord par les chiffres que ces élèves de MFR abordent l'exploitation de Nathalie Siou, agricultrice à Ploudaniel, avant d'oser l'interroger sur son parcours. "L'agriculture, c'est un choix, affirme la jeune femme. Mais une passion qui a mis du temps à s'affirmer". Fille d'agriculteurs, elle n'est jamais partie en vacances avec ses parents. Et ne voyant que les contraintes de leur profession, elle se dirige d'abord vers un BTS banque puis une licence pro banque-assurance, avant de travailler durant cinq ans au Crédit maritime. "La ferme, j'y ai doucement remis les pieds, d'abord en aidant ma mère sur le volet administratif". De fil en aiguille, elle prend goût aux différentes tâches et décide de s'installer, après un BPREA obtenu à Saint Ségal.

 

Le choix de l'agriculture

"Je savais qu'elle ne serait bien qu'à la ferme", sourit Anne-Marie, sa mère qui, une trentaine d'années auparavant avait, elle aussi fait le choix de l'agriculture. Avec une différence de taille. "Pendant une quinzaine d'années, je n'ai pas eu de statut. Et ça se verra au moment de percevoir ma retraite...". Nathalie, bientôt maman, a repris les parts de son père dans la société familiale, aux côtés de son frère, associé, et sa mère, salariée. Une organisation qui leur permet "d'avoir une vie à côté de la ferme".

Laura L'azou, elle, est venue un peu par hasard à l'agriculture. "J'ai fait mon stage de Troisième dans une ferme. L'agriculteur m'a donné le virus, il ne m'a pas quitté depuis...". Pourtant, elle a failli jeter l'éponge plus d'une fois, en stage comme en emploi. "Pas facile d'être une femme en agriculture, encore moins quand on n'est pas issue du milieu".

On me dit que je suis courageuse de m'être installée.

Sans méchanceté mais...

Aujourd'hui salariée à Finistère remplacement, la jeune femme ne compte plus les remarques plus ou moins désobligeantes sur sa capacité à assumer toutes les tâches. "À un gars, jamais on ne demande s'il sait conduire le tracteur, ça parait évident". Ou les comportements un peu "lourds", comme ce tracteur et cette remorque volontairement gênants sur sa route, lors d'un chantier d'ensilage, pour voir si elle allait s'en sortir. "Et si j'embarque une tôle du hangar avec la pailleuse, c'est parce que je suis une fille. Un gars, c'est parce qu'il va trop vite". Des remarques sans doute pas méchantes mais qui finissent par devenir lassantes.

Chef d'exploitation, Nathalie n'a jamais eu à pâtir de sa condition de femme. "Au contraire ! Souvent, on me dit que je suis courageuse de m'être installée". Mais pour autant, comme à sa mère, il n'est pas rare qu'on lui demande encore, au téléphone ou sur la ferme, "à parler au patron".

 

Une pièce de théâtre

"L'humain est au centre de nos préoccupations". C'est la raison qui a conduit Xavier Guiavarc'h, formateur à la Maison familiale de Ploudaniel, à accepter l'invitation de la Fédération nationale de l'agriculture biologique, et à plancher sur la place des femmes dans l'agriculture. Participation à l'écriture d'une pièce de théâtre, échange avec Finistère remplacement, rencontre avec agricultrices et salariée... après le temps fort de la semaine dernière, les élèves de Seconde vont continuer à y travailler jusqu'au bac.

 

 

Parité : la Fnab veut montrer l'exemple

Jeunes, diplômées, souvent seules chefs d'exploitation et majoritairement non issues du milieu agricole : souhaitant mener un travail sur la place des femmes dans l'agriculture biologique, la Fédération nationale des agriculteurs biologiques (Fnab) a interrogé 2 500 agricultrices bio. Et découvert que, pour celles qui travaillent en couple, le partage des tâches reste très genré, avec le volet administratif pour 80 % d'entre elles et la totalité ou presque des tâches ménagères pour 66 %. Une double journée vécue comme un frein à l'engagement professionnel. La Fnab s'est alors fixé pour objectif de parvenir à la parité dans ses instances, en diffusant l'étude et en créant des échanges pour trouver des solutions collectives à ces inégalités. Après la publication du guide "devenir agricultrice bio", elle a fait le choix du théâtre forum, qui enrichit le spectacle des apports du public. Et c'est ainsi que la troupe La D'âme compagnie est venue en résidence pendant une semaine à la MFR de Ploudaniel. L'occasion pour cette dernière de s'emparer du thème et d'en faire le fil conducteur des trois années d'études pour sa classe de Seconde.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
À Bolazec, Coralie s'installe avec 30 000 poules plein air
Salariée depuis une dizaine d'années, Coralie Jézéquel souhaitait s'installer en agriculture. Elle franchit le pas à Bolazec (29…
Vignette
La situation financière des élevages bovins s'est dégradée en 2018 (Idele)

Les revenus disponibles des élevages laitiers et allaitants suivis par l'observatoire de l’endettement ont globalement…

Vignette
Agriculteurs de Bretagne et "Incoulables" sur le même bateau, vent d’espoir portant
Après "Intouchables", il y aura "Incoulables". Une histoire belle où l’on ne sombre pas, ode à la vie, à l’après, l’après cancer…
Vignette
7 651 vols en un an dans les exploitations agricoles
7 651 vols ont été recensés en France dans les exploitations agricoles en un an par les services de gendarmerie. Le nombre de…
Vignette
Au nom des jeunes et de leur libre arbitre

Pas facile de retrouver l’air libre à la sortie d’une projection du film "au nom de la terre". On est démuni face à…

Vignette
Mon ambition c'est le "faire ensemble"
Thierry Le Druillennec s'est installé en 1992. Depuis cette date il s'est investi au niveau du groupement de défense sanitaire…
Publicité