Aller au contenu principal

2016-2020
Quels futurs possibles en lait

Que sera demain le contexte laitier et comment s'y préparer sur son exploitation ? Dès 2012, le GVA de Questembert s'est engagé sur cette piste de réflexion créant une action « Identifier les futurs possibles de son exploitation à l’horizon 2016-2020 » avec 10 producteurs déjà réunis les 22 janvier et 14 février. Une première départementale.

Pour
envisager le futur proche sur leur exploitation laitière, les
agriculteurs du GVA de Questembert ont mis sur pied une action
prospective à la portée de tous.
Pour
envisager le futur proche sur leur exploitation laitière, les
agriculteurs du GVA de Questembert ont mis sur pied une action
prospective à la portée de tous.
© Claire le Clève





"Sur nos exploitations laitières, on se pose tous ces questions avec la
fin des quotas. Quelles évolutions sont envisageables? Est ce que je
produis plus de lait ? Est-ce possible de le faire et dans
quelles conditions
?".
Présidente du GVA, installée depuis 10 ans sur un Gaec laitier à
Questembert, Marité Kerdudo n'est pas la seule à s'être
interrogée. "En
conseil, nous avons appris l’existence d'un outil mis en place par
le pôle Herbivores "Capacilait"
qui faisait le tour de ces questions. On s'est dit que ce serait
intéressant d'en faire profiter les autres, d'où la création de
cette action
", raconte
t-elle insistant sur le rôle du GVA qui consiste à faire émerger
des actions collectives pour répondre aux enjeux agricoles de
demain. L’idée de concevoir une action « Identifier les
futurs possibles de son exploitation à l’horizon 2016-2020 »
est ainsi née.





S'interroger


"Mon installation date de 15 ans. A l'époque, dans le Gaec nous avions un
quota de 291 000 litres à 2. Nous avions dimensionné notre bâtiment
en fonction de cela. Aujourd'hui nous sommes à 385 000 l et c'est
juste en taille
",
explique -t-elle. Un constat qui ne s'arrête pas à la porte de sa
ferme. "Sur le canton
de Questembert, nous avons 30 % d'agriculteurs en moins avec une
augmentation de 30 % de lait en plus par exploitation
".
Ces données servent de base à la réflexion. "Avec
l'achat de quota et les rallonges annuelles, en 2015, les producteurs
de lait pourront faire plus de lait mais en auront-ils la capacité,
la place dans les bâtiments ? Il faudra alors travailler plus
ou peut être différemment mais est-ce que ce sera rentable
?".
Quant à ceux dont le
bâtiment est plein, devront-ils faire plus de lait par vache et à
quel prix
?"
poursuit Marité Kerdudo. Un ensemble de questions qui ont servi de
base pour élaborer l'action.





Se projeter


Ainsi, le GVA de Questembert a -t-il construit cette action adossée à un
processus de réflexion, permettant de bénéficier d'un
accompagnement individuel avec le logiciel Capacilait. A la clé,
des solutions pour chacun. "Elles
sont parfois simples, pas forcément onéreuses pour chaque
exploitation. Il n'y a pas de fatalité. Ça peut être de petites
choses, rajouter une barrière cornadis, gagner un peu de place en
séparant les taries, en modifiant l'aire d'attente par exemple
",
inventorie Marité kerdudo. De quoi envisager les 40 à 50 000 l
supplémentaires car "ce
n'est pas doubler de quota dont les gens rêvent même si quelques
uns sont déjà dans les starting block. C'est à chacun de voir
suivant ses envies et ses capacités
",
tempère -t-elle.


Claire
Le Clève













"S'appuyer
sur du concret"


Durant
les deux journées à 15 jours d'intervalle, la réflexion s'appuie
sur le contexte local et du concret permettant
de
prendre
conscience de l’évolution de l’agriculture sur le canton de
Questembert avec
l’analyse de l’évolution de la production laitière de 2004 à
aujourd’hui avec des chiffres précis qui interpellent les
participants !






  • Une
    présentation de ces scénarios d’évolution de la production
    laitière en Bretagne élaborés par la recherche appliquée






  • Identifier
    le potentiel de développement de son exploitation avec le
    « CAPACILAIT »,
    outil de diagnostic des capacités structurelles de production des
    exploitations laitières







  • Identifier les facteurs limitant le
    développement de son exploitation et les solutions pour les lever -
    Calculer les incidences techniques et économiques tenant compte de
    différents états de la conjoncture laitière (mauvaise, moyenne ou
    favorable).





D’autres
sessions seront programmées dès le printemps 2013 sur la région de
Questembert. Contact Bureau des GVA : 02 97 26 60 06.






Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons
Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Publicité