Aller au contenu principal

A Quessoy, on veut la qualité des produits dans les assiettes

C'est une tendance de fond. Les collectivités sont de plus en plus attentives à la qualité des produits consommés par les enfants. A Quessoy, la cantine centrale travaille avec des producteurs du territoire. Objectif : grimper à 20 % de produits locaux malgré un budget très contraint

Françoise Trévien, élue en charge de la vie scolaire à Quessoy et Josiane Besnard, responsable de la restauration scolaire ont témoigné à l'occasion de la journée "circuits courts" de la chambre d'agriculture 22.
Françoise Trévien, élue en charge de la vie scolaire à Quessoy et Josiane Besnard, responsable de la restauration scolaire ont témoigné à l'occasion de la journée "circuits courts" de la chambre d'agriculture 22.
© terra

A la mairie de Quessoy, le choix a été fait de passer à 15 %, et peut-être bientôt 20 % de produits locaux dans les assiettes des enfants des trois écoles de la commune (540 enfants). La volonté est d'inclure dans les menus de la qualité mais aussi une dimension économique locale en faisant travailler les producteurs du territoire.  "Nous sommes sur le territoire du Pays de Saint-Brieuc où est mené un plan de lutte contre les algues vertes. L'objectif est de développer les débouchés locaux des producteurs. Nous avons donc signé une convention avec la chambre d'agriculture", décrit Françoise Trévien, élue de la commune en charge de la vie scolaire. Or une commune ne peut avancer si le chef de la cuisine n'est pas lui même convaincu de travailler avec des produits frais. En l'occurence Josiane Besnard, gestionnaire et cheffe de la cuisine centrale - opposée aux goûts formatés - est en totale adéquation avec la démarche.
Maîtriser le budget
Le tandem s'est attaqué au problème car dans les communes, comme partout, il faut maîtriser le budget. A Quessoy, le coût d'un repas s'élève à 7 € dont 4,79 € de charges de personnels et 1,44 € de coût d'alimentation. Les familles paient 3 € le repas. Chaque midi, entre 370 et 430 repas sont servis. "L'alimentation est un secteur que l'on ne peut pas beaucoup bouger. Nos charges de personnel sont importantes car nous avons un public de petits enfants, qui demande beaucoup d'encadrement", pointe l'élue. Josiane Besnard présente dans les cuisines le matin, puis au service des repas des enfants, voit ce qui plaît, ce qui reste dans les assiettes. Bien manger comme lutter contre le gaspillage fait partie de ses préoccupations. Des pesages ont été réalisés pour adapter les portions à l'appétit des enfants. "Parmi mes collègues en cuisine, cela n'a pas été simple de réduire les proportions", note Josiane Besnard. Cet ajustement des quantités permet non seulement de maîtriser le coût de l'approvisonnement local mais aussi le gaspillage. 2 600 kg de déchets sont éliminés par an : un chiffre considéré comme très raisonnable.
Cinq producteurs locaux
Depuis un an, quatre producteurs locaux et une poissonnerie approvisionnent la cuisine centrale parmi lesquels la ferme de la Craulée (Le Craulois) à Lanfains pour les produits laitiers, Marie-Jeanne Avril à Andel pour la volaille, Les Saveurs d'Armor à Meslin pour la viande de porc et le pâté ou encore Pêcheur d'Armor à Lanvollon... Tous les fournisseurs de produits transformés (viande et lait) auprès des cuisines centrales doivent détenir l'agrément sanitaire européen. La raison est que les repas préparés à la cuisine centrale sont acheminés par liaison chaude dans chaque école.  Quant aux produits livrés, comme la viande fraîche, ils doivent être cuisinés le jour même. Marie-Jeanne Avril, productrice de volailles, travaille 4 à 5 fois par an avec la cuisine centrale.  Elle y livre un produit spécifique : des pilons d'aile. Il faut dire que les enfants en raffolent car ils peuvent le manger avec les doigts. "Pour un enfant de 3 ans, c'est ludique", atteste Josiane Besnard. Poisson frais, rôti de porc, saucisse..." les enfants mangent mieux", reconnaît la gestionnaire depuis le passage à des produits fermiers. Les pâtes de Senven-Léhart, des pommes et des poires produites en Côtes d'Armor pourraient bientôt rejoindre le menu de la cantine centrale de Quessoy.
Mais Françoise Trévien le reconnaît : si les collectivités se lancent dans la démarche, il reste à organiser la mutualisation entre communes pour optimiser les déplacements des producteurs.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité