Aller au contenu principal

Qui va gérer les marchés ?

Alors que Paris veut profiter du bilan de santé de la Pac pour confier la gestion des marchés et des crises aux interprofessions, la FDSEA s'y oppose farouchement et entend conserver le pouvoir aux mains des agriculteurs.

De gauche à droite : André Quénet, secrétaire général de la FDSEA, Denis Sibille, président d'Interbev, Thierry Merret, président de la FDSEA, Claire Loiseau, directrice, Gonthier Friederici, préfet, et Gilles Tanguy, trésorier.
De gauche à droite : André Quénet, secrétaire général de la FDSEA, Denis Sibille, président d'Interbev, Thierry Merret, président de la FDSEA, Claire Loiseau, directrice, Gonthier Friederici, préfet, et Gilles Tanguy, trésorier.
© Terra
"Hausse des matières premières : une chance pour notre agriculture ! ". En cette année de crise profonde en production porcine, due en bonne partie, à un prix de l'aliment qui flambe sans qu'il soit possible de répercuter cette hausse sur le prix de vente, le titre choisi par la FDSEA pour son rapport d'orientation n'a pas manqué d'étonner, voire de choquer quelques-uns.
"Cette hausse remet l'alimentation au cœur des préoccupations de la société, explique André Quénet. Pour nous, agriculteurs, c'est un signal fort". Et le secrétaire général de la FDSEA de demander à ce que, dans un tel contexte, la Pac renoue avec les objectifs qui lui ont été assignés en 1957, "accroître la productivité de l'agriculture, stabiliser les marchés, garantir la sécurité des approvisionnements et assurer des prix raisonnables pour le consommateur".

Renforcer les organisations de producteurs

Face à la volatilité des marchés agricoles, la FDSEA demande le maintien voire la création d'outils de gestion des marchés. "Seule une organisation de la production forte et structurée pourra se dote des moyens de prévenir et gérer les crises". Et le syndicat entend bien profiter de la brèche ouverte à l'occasion du conseil européen du 17 mars 2008, où la commission et plusieurs états membres se sont montrés intéressés par un renforcement du secteur agricole, via les organisations de producteurs. "Ne laissons pas passer une telle opportunité". Et Thierry Merret d'exhorter "à en finir avec les querelles de chapelle : l'organisation de l'offre n'est pas synonyme de fusion. Il faut conserver des entreprises à taille humaine, basées sur un territoire".

Aux producteurs de gérer les marchés

Confier aux interprofessions le soin de gérer les marchés ? Si l'idée séduit à Paris, les finistériens y sont farouchement opposés. "C'est une tâche qui incombe à l'organisation de la production", estime la FDSEA. Un avis que partage Jean-François Jacob, secrétaire général de la Sica de Saint Pol de Léon. "Confier la gestion de marché à l'interprofession est une erreur colossale. Nous voulons rester maîtres de notre destin et gérer nos marchés au quotidien".
Président d'Interbev, l'interprofession de la viande bovine, Denis Sibille ne dit pas autre chose, quand il affirme que "parler prix va tuer l'interprofession". "Elle ne peut pas gérer le marché, rajoute Guillaume Roué, président d'Inaporc, l'interprofession du porc. Les intérêts sont contradictoires, les différents maillons sont en compétition, et on va finir par se séparer". Reste à faire entendre cette belle unanimité à Paris. Une tâche pas si simple car, comme l'a fait remarquer Jean-François Jacob, "Barnier pense l'inverse".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
Tristan Delisle, un producteur de lapins engagé
Tristan Delisle s'est installé en mars 2020 sur l'élevage familial de lapins avec sa mère, en remplacement de son père parti à la…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Élevage de génisses : un peu, beaucoup... juste ce qu'il faut !
En France, l'élevage des génisses représente un poids conséquent dans les résultats technico-économiques des exploitations. Un…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
Publicité