Aller au contenu principal

Production laitière
A quoi sert la sélection ?

En permettant de diminuer les coûts et d'augmenter les produits, la génétique est un investissement rentable. Démonstration avec Denis Biéri, responsable des techniciens à Prim'Holstein France.

Denis Biéri, responsable des techniciens à l'Upra Prim'Holstein, intervenait le 3 février dernier, lors de l'assemblée générale de Holstein Finistère.
Denis Biéri, responsable des techniciens à l'Upra Prim'Holstein, intervenait le 3 février dernier, lors de l'assemblée générale de Holstein Finistère.
© Chantal Pape

"Un bon index TP permet de gagner 30 €/1 000 l sur le prix du lait. Et un point de plus sur l'index cellules diminue de 14% le nombre de contrôles à plus de 300 000 cellules". Pour Denis Biéri, si la génétique est un investissement à long terme, nul doute que la rentabilité soit au rendez-vous. Et le responsable de l'Upra de multiplier les exemples. "Un bon index cellules induira moins de mammites et moins de frais véto. Une vache avec un index fertilité de - 1 aura un taux de réussite en première IA de 43%, et de 55% s'il est à + 1". Et un bon index facilité de naissance permettra de s'affranchir des pertes économiques liées à un vêlage difficile : veau mort, difficultés de reproduction...

Une bonne mamelle pour la longévité

Une étude a été menée par l'Upra Prim'Holstein sur le devenir de 90 000 vaches en première lactation pointées en 2007. "Nous voulions voir ce qu'elles étaient devenues en 2009". Premier enseignement : s'il y a une corrélation entre note globale et longévité, 0,7 point d'écart entre les vaches gardées en seconde lactation et celles qui ont disparu des fichiers (mortes, abattues ou vendues à l'étranger), elle est encore plus nette, 1,3 point, sur l'index mamelle, "gage de longévité".
Plus étonnant : les animaux réformés avaient une note de format supérieure de 0,3 point ! "Les animaux les plus gros ne restent pas", constate Denis Biéri. Les logettes sont un argument souvent avancé par les éleveurs. "Les animaux trop précoces n'ont pas de longévité : ils sont adultes très jeunes et vieux très vite".

Du format pour produire tout de suite

Une corrélation a également été établie entre pointage et production laitière. "Entre 75 et 82 points de note globale, la production est de 7 800 kg. Elle atteint 8 200 kg à 88". A l'inverse, les vaches avec une note mamelle de 72 points ont une production de 8 200 kg, contre 7 500 kg quand elle est de 88.
Autre surprise du côté du format : avec 72 points, la production laitière est de 7 200 kg. Elle atteint 8 400 kg avec 89 points. "Si le format n'aide pas les animaux à vieillir, il sert à faire du lait tout de suite".

Un compromis

"Il faut trouver un compromis entre la vache capable de produire tout de suite et celle qui va durer dans le temps, résume Denis Biéri. La note globale reprend cette idée de compromis, d'équilibre". A chacun, ensuite, de placer les curseurs, en fonction de son élevage, de sa technicité...

Privilégier la vie productive

Pour diminuer les coûts de production, il faut aussi limiter la durée de vie improductive des animaux, grâce à un vêlage précoce et une diminution du nombre de jours de tarissement. "Et là, la Holstein est bien placée", détaille Denis Biéri. Si elle vit moins longtemps, 5 ans et 2 mois, contre 5 ans et 3 mois pour la Normande et 5 ans et 9 mois pour la Montbéliarde, elle vêle plus tôt et passe 47% de sa vie à produire, contre 42% pour la Normande et 43,6% pour la Montbéliarde. "Les centres de gestion estiment qu'un mois gagné sur l'âge au vêlage représente 30 € par animal". Autre chiffre qui mérite réflexion : "Une vache qui vêle à 24-26 mois produira 14 l de lait par jour de vie, contre 10 l si elle vêle au-delà de 30 mois".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité