Aller au contenu principal

Chou, artichaut, échalote...
Rallye multi-légumes à Cléder

Pour la première fois, la Chambre d'agriculture a organisé un rallye multi-légumes. L'occasion, pour les producteurs, de faire en une seule après-midi le point sur leurs différentes cultures.

En cet après-midi ensoleillé, les conseillers de la chambre d'agriculture de Saint Pol de Léon ont installé tables et tréteaux à Lanveur, sur trois parcelles contiguës de chou, artichaut et échalote. Et, une fois terminées leurs livraisons au dépôt, les producteurs s'égayent vers l'un ou l'autre atelier, au gré des légumes qu'ils cultivent. Et, des choucas des tours sur les jeunes plantations à la reprise des drageons, les questions fusent. "C'est un peu à la carte, confirme Solenn Pérénnec, conseiller spécialisé en artichaut. Nous répondons à leurs demandes".

De la situation sanitaire en échalote au désherbage du chou, en passant par la qualité du plant en artichaut, chaque conseiller va mettre l'après-midi à profit pour passer en revue l'actualité du moment. "Nous discutons aussi des essais en cours, précise Vianney Estorgues, conseiller spécialisé en chou. Et apprenons aux producteurs à reconnaître les symptômes des maladies, les insectes, parasites et auxiliaires, les adventices...".

 

Mesurer l'azote disponible

 

Un peu plus loin, l'atelier Nitrachek a déjà démarré. "C'est un outil qui permet de déterminer facilement l'azote disponible dans le sol", explique Anthony Brulé. Et le conseiller de détailler le mode opératoire. "Il faut d'abord réaliser 8 à 12 prélèvements dans la parcelle. Puis mélanger 100 gr de terre tamisée avec 100 gr d'eau déminéralisée, avant de filtrer". Le Nitrachek va ensuite "lire" la bandelette. "Et il suffira de multiplier par 1,5 le chiffre obtenu pour connaître le nombre d'unités d'azote disponible".

Selon les cultures, la mesure est à effectuer sur l'un ou les deux horizons, 0-30 cm et 30-60 cm, pour avoir une idée précise de ce dont va pouvoir disposer la plante. "On va pouvoir contrôler si la minéralisation a bien démarré, indique Claire Gouez, conseiller spécialisé en échalote. Et, en fonction des résultats, se passer d'un apport d'engrais". Tout bon pour l'environnement, pour le portefeuille du producteur, qui rentabilisera vite sa mise de départ : 200 € le lecteur, 26 € le tube de bandelettes, 30 € les 100 filtres.... Mais aussi pour la santé de la plante ! "Un excédent d'azote la rendra plus sensible aux maladies du feuillage".

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité