Aller au contenu principal

Le 5 septembre
Rando-ferme à Scaër

Après Riec sur Belon, il y a deux ans, le comité de développement Aven Laïta organise, cette année, une rando-ferme à Scaër, et met en avant vente directe et circuits courts.

Une dizaine de bénévoles prépare la rando-ferme de dimanche prochain.
Une dizaine de bénévoles prépare la rando-ferme de dimanche prochain.
© Chantal Pape

C'est désormais devenu une tradition, ou presque. "Tous les deux ans, nous organisons une rando-ferme", explique Hervé Prima, président du comité de développement Aven-Laïta. Et, d'une édition sur l'autre, les thèmes changent". Après la terre et la mer, à Riec sur Belon, il y a deux ans, place, cette fois, aux circuits courts et à la vente directe de produits fermiers locaux.

Deux visites d'exploitations

Le 5 septembre prochain, une trentaine de bénévoles accueilleront les marcheurs à Ty Allain, (entre Rosporden et Scaër), dès 13h30, pour une balade de 7 km le long des chemins creux scaërois. "Tout au long du parcours, nous avons prévu 8 haltes", détaille Marie-Paule Levarlet, animatrice du comité de développement. Zones humides, bocages, abreuvement des animaux en prairie, TCS : la rando sera l'occasion, pour les agriculteurs, d'expliquer leurs pratiques. Mais aussi de faire le point sur l'évolution du métier.
"Deux visites d'exploitations sont aussi au programme : la ferme de Kervennou, qui transforme son lait en crème, yaourts..., et la ferme de Ty Allain, spécialisée en production porcine bio, avec transformation en charcuterie...". Et, parce qu'on ne pourra pas tout voir ce jour-là, la ferme de Kerlavic a tourné deux petits films, montrant la traite, l'atelier de transformation, la vente sur les marchés, les travaux au fil des saisons..., films qui seront projetés en continu sur les deux exploitations.

Et une dégustation de produits fermiers

Après l'effort, le réconfort ! "La visite se terminera par une dégustation de produits fermiers", indique Hervé Prima, qui espère un temps clément pour attirer du monde... mais pas trop. "On table sur des groupes de 25-30 personnes. Au-delà, il est plus difficile d'avoir de vrais échanges avec les gens". S'il s'agit là du principal objectif de ces rando-fermes, elles permettent aussi de fédérer les agriculteurs du secteur et de nouer des relations avec les collectivités locales. Et demandent un gros travail de préparation. "C'est pour ça qu'on préfère les organiser à la rentrée plutôt que pendant l'été, où les agriculteurs sont moins disponibles".

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons
Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Publicité