Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Réchauffement climatique et mondialisation font progresser les maladies

Quand réchauffement climatique et mondialisation se conjuguent, le risque est grand de voir apparaître de nouvelles maladies là où on ne les connaissait pas.

François Moutou, de l'Afssa Maisons Alfort.
François Moutou, de l'Afssa Maisons Alfort.
© Terra
Si d'aucuns doutent encore des causes du réchauffement climatique, ses conséquences sont déjà bien présentes avec, en France, une augmentation de la température moyenne. "Ces changements peuvent favoriser le déplacement de certains insectes, vecteurs de maladies, ou autoriser la naturalisation d'espèces exotiques, affirme François Moutou, de l'Afssa. Une température plus élevée est aussi synonyme, pour eux, de saison d'activité plus longue".
C'est pour ces raisons que les experts s'attendaient à voir apparaître le sérotype 1 de la FCO, la fièvre catarrhale ovine dans le sud de la France. "Il est originaire d'Afrique et s'est progressivement étendu à l'Espagne, l'Italie, la Sardaigne, la Corse…". Mais c'est le sérotype 8, mal connu, qui est apparu… à Maastricht, aux confins de la Belgique et des Pays Bas. "Il est sans doute arrivé là par un mouvement commercial, mais on n'en sait pas plus". Et, profitant de la présence sur place d'autres espèces de culicoïdes, une mouche piqueuse nécessaire à la transmission de la maladie d'un animal à l'autre, il s'est étendu, au point d'atteindre, début 2008, les 15 000 cas en France.

Chikungunya
Si le chikungunya a réussi une percée en Italie, en 2007, c'est, en partie, à cause du réchauffement climatique. "Un moustique tropical y a été introduit accidentellement, sans doute par le biais de larves présentes dans l'eau stagnant dans un chargement de pneus", expli-que François Moutou. Il aura ensuite suffi d'une personne qui rentre de voyage porteuse du virus du chikungunya pour que 300 cas soient recensés dans le golfe de Gênes, la maladie ayant trouvé un autre vecteur pour se propager. "La mondialisation a entraîné une accélération du mouvement des personnes, des animaux et des biens, et permet la dissémination des agents pathogènes, des vecteurs et des hôtes de maladies d'un bout à l'autre de la planète, en quelques heures seulement".
FCO : des chercheurs démunis

Maladie à vecteur, la FCO est transmise d'animal malade à animal sain par l'intermédiaire d'une petite mouche mal connue, appelée culicoïde. "La dernière monographie sur les culicoïdes date de 1925", explique François Moutou, de l'Afssa. Sous nos climats tempérés, les maladies à vecteurs n'avaient, jusqu'à présent, qu'un faible impact économique et, au fil du temps, l'entomologie, la partie de la zoologie qui traite des insectes, a été délaissée des différents cursus scolaires, qu'il s'agisse de médecine humaine ou animale. Au point qu'aujourd'hui, un seul spécialiste, en France, soit capable de différencier les 80 espèces de culicoïdes qui existent. "Ces mouches sont à peine visibles à l'œil nu et on ne sait même pas où aller chercher leurs œufs". Bien plus que sur les adultes, c'est pourtant sur ces derniers ou sur les larves que les efforts de destruction seraient les plus payants.
Mais bien d'autres questions demeurent quant à la maladie. "On pense que le virus ne se transmet pas aux œufs de culicoïdes, mais on n'a pas vraiment de certitudes". Pas de certitudes, non plus, en ce qui concerne la barrière placentaire. "Pour expliquer la présence de la maladie chez de jeunes veaux, on peut penser qu'ils ont été contaminés par leur mère. A travers le placenta ? Au moment de la mise bas ?". Et on ne s'explique pas le redémarrage de la maladie au printemps. "Sans doute reste-t-elle présente chez l'hôte, sous une forme que nous ne parvenons pas à détecter pour le moment".
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le tribunal de Saint Brieuc exige du GDS la délivrance des ASDA
Depuis plusieurs mois, un conflit oppose des éleveurs adhérents ou non adhérents du GDS, au sujet, d'une part, du montant des…
Le croisement pour un troupeau facile à vivre
À Trégarvan dans le Finistère, dans les parcelles qui bordent l’Aulne, 115 vaches croisées 3 voies pâturent presque toute l’année…
Le boom des plantes aromatiques et médicinales cueillies
La cueillette des plantes sauvages est en plein renouveau. Longtemps marginale, méconnue, elle est en plein essor, portée par le…
Le marché du porc breton : optimisme en 2020, mais pas d'euphorie
L'année 2019 s'achève sur un prix du porc inédit depuis 1992, avec un pic à 1,70 euros le 12 décembre dernier. Les vœux du marché…
Le texte du gouvernement sur les ZNT fait l'unanimité... contre lui
Le gouvernement a publié, le 29 décembre au Journal officiel (JO), l’arrêté et le décret instaurant les nouvelles zones de non-…
Les centres de formation des chambres d'agriculture repris par des organismes locaux
Les chambres d'agriculture recentrent leur activité et confirment leur désengagement de la formation qualifiante sur ses quatre…
Publicité