Aller au contenu principal

Reconfinement : nouveau coup d’arrêt pour la restauration hors domicile

Le président de la République a annoncé, de nouveau, la fermeture administrative des bars et restaurants. Nouveau coup dur pour la filière restauration hors domicile, même si, cette fois, écoles, collèges et lycées resteront ouverts. Les jardineries et marchés de gros et de plein vent demeureront aussi ouverts, mais une partie de l’horticulture demeure, de son côté, dans l’expectative.

"Les entreprises alimentaires sont prêtes et se sont organisées depuis plusieurs semaines pour maintenir la fabrication et l’approvisionnement des magasins, sans risque de pénuries", expliquait l'Ania dans un communiqué.

À l’occasion de son allocution aux Français le 28 octobre, le président de la République a annoncé, pour une période d’au moins un mois, la fermeture administrative des commerces "définis au printemps comme non essentiels" et des établissements "recevant du public, notamment les bars et restaurants". Il s’agit d’un nouveau coup dur pour les filières liées à la restauration hors domicile.
Contrairement au printemps, les "crèches, écoles, collèges et lycées demeureront ouverts avec des protocoles sanitaires renforcés", a annoncé le président.
Concernant les indemnisations, Emmanuel Macron a annoncé que les mesures en faveur des "petites entreprises fermées administrativement" seront "plus importantes qu’en mars" avec une prise en charge "jusqu’à 10 000 euros par mois de leurs pertes en chiffre d’affaires". Il a également annoncé "un plan spécial pour les indépendants, commerçants, très petites et moyennes entreprises".

 

L’industrie agroalimentaire se déclare "prête"

Quelques heures plus tôt, l’Ania (industries agroalimentaires) avait assuré que la chaîne alimentaire était armée pour faire face au reconfinement : "Les entreprises alimentaires sont prêtes et se sont organisées depuis plusieurs semaines pour maintenir la fabrication et l’approvisionnement des magasins, sans risque de pénuries", expliquait-elle dans un communiqué du 28 octobre.
Elle alertait malgré tout sur la situation des fournisseurs de la restauration hors domicile qui devront bénéficier d’un "soutien massif de l’État" sans quoi ils "ne pourront se relever". Comme durant le premier confinement, Bercy a tenu sa première réunion de crise sur l’approvisionnement le 26 octobre, autour de la ministre déléguée auprès du ministre de l’Economie Agnès Pannier-Runacher, du ministre de l’Agriculture et de l’alimentation Julien Denormandie et celui des PME Antoine Griset, avec l’Ania, la Coopération agricole et la distribution.

Les marchés "couverts ou de plein vent" resteront ouverts sur cette période.

Horticulteurs et pépiniéristes dans le flou

Les jardineries "restent sur le modèle du premier confinement", constate l’interprofession de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage (Val’hor) à Agra Presse le 29 octobre. C’est-à-dire qu’elles peuvent rester ouvertes grâce à leur rayon animalerie et/ou alimentation générale, à moins que le gouvernement fasse marche arrière sur ce point. Les professionnels peuvent continuer à retirer leurs commandes chez les grossistes tandis que les entreprises du paysage "peuvent poursuivre leur activité", précise Val’hor.
Les producteurs détaillants sont a priori dans la même situation que les fleuristes, à moins de commercialiser des produits alimentaires, auquel cas ils devraient pouvoir garder leurs portes ouvertes. La situation est plus floue pour les pépiniéristes, horticulteurs et producteurs de fleurs coupés : "Nous allons tout faire pour que soit maintenue la remise en production, notamment chez les producteurs pour les végétaux de printemps", signale Val’hor.

 

Maintien des marchés couverts et plein air
Malgré les mesures de reconfinement annoncées le 28 octobre, les marchés "couverts ou de plein vent" resteront ouverts sur cette période, et "il pourra y avoir, comme dans le cadre du premier confinement, une décision préfectorale dans le cas où cela ne se passerait pas bien", a annoncé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, le 29 octobre.
Une mesure qui devrait satisfaire la Confédération paysanne. La veille, le syndicat exhortait le gouvernement à maintenir ouverts les marchés de plein vent assurant "l’application des règles sanitaires les plus strictes"  par les paysans et commerçants. 

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité