Aller au contenu principal

Réunion technique CAM56
Redécouvrir la luzerne : paroles d'éleveurs

La Coopérative des agriculteurs du Morbihan a convié sept éleveurs à partager leur expérience, petite ou grande, de la luzerne. 70 agriculteurs étaient présents dans l'auditoire, friands de récolter des informations sur cette culture intéressante, mais mal connue.

Des éleveurs laitiers de la CAM56 témoignent sur la culture et la valorisation de la luzerne
Des éleveurs laitiers de la CAM56 témoignent sur la culture et la valorisation de la luzerne
© Audrey Dibet

"La luzerne est une plante formidable qu'on redécouvre", notait en préambule Philippe Michard, directeur de la CAM, à l'occasion de ce rendez-vous technique, vendredi dernier à Elven, où tous les aspects, de la conduite de la culture au rationnement des vaches laitières, ont été abordés.

 

La championne du rendement protéique

La luzerne est une source inégalée de protéines par hectare, loin devant le soja et le pois. Cette légumineuse produit en moyenne 2 100 kg protéines par hectare. Comme beaucoup, Philippe Le Dressay, éleveur à Vannes, dit avoir "démarré la luzerne par souci d'autonomie protéique sur l'exploitation, pour réduire la dépendance vis-à-vis des concentrés". Tous s'accordent à dire que c'est un très bon apport de fibres, un atout pour la rumination.

Pour un objectif donné aux protéines, le stade de récolte est essentiel. Selon les éleveurs, il faudrait viser une hauteur de culture de 50 à 70 cm, et une bonne proportion de feuilles. Dans le département, les éleveurs font généralement quatre à cinq coupes, pour 15 tMS /ha par an en moyenne. Tous ont insisté sur l'importance d'une fauche le matin, et d'une récolte le soir pour un enrubannage ou un ensilage, ainsi que sur la nécessité de bien tasser, plus que pour un ensilage de maïs et d'ajouter des conservateurs. Le souci est ensuite d'intégrer la luzerne dans la ration, sans déprécier le niveau énergétique. Selon les témoignages, l'incorporation va de 1 kg MS de foin par vache et par jour, à 5 kg maximum en ensilage. L'amélioration de la santé des animaux est un autre atout évoqué qui a notamment motivé Eric Jouannic, d'Elven, à implanter de la luzerne pour la première fois cette année.

 

L'autochargeuse déterminante

Outre les bénéfices nutritionnels, "j'y vois de plus en plus un intérêt économique, ajoutait Jean-Luc Lestrohan, éleveur à Plouhinec. Une fois installée, la culture est en place pour cinq voire six ans". Quant à la date de semis, les éleveurs sont majoritairement partisans d'une installation au printemps. "Même si on perd une coupe, la culture se développe rapidement et il y a moins de problème de salissement", justifiait Thierry Magrex, de Questembert. Concernant le désherbage, c'est la prévention qui prévaut, par le choix d'une parcelle exempte de vivaces, aidé d'une première coupe précoce. La luzerne est aussi plus qu'on le croît adaptée à la région, et convient bien aux sols séchants. Enfin, cette culture s'avère excellente pour la structure du sol. Toutefois, son exploitation pose la question du savoir-faire de l'éleveur, surtout en foin. De plus, l'accès à une autochargeuse, deux fois moins coûteuse et plus rapide, est souvent déterminant.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité