Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Redonner des couleurs aux légumes malouins

Diversification, allongement des calendriers, renforcement de l'organisation régionale, la coopérative légumière Terres de Saint Malo poursuit son évolution. Elle a tenu son assemblée générale, vendredi 5 juin.

Pierrick Gauvin, président de Terres de Saint Malo.
Pierrick Gauvin, président de Terres de Saint Malo.
© Cécile Julien

Les légumiers de la région malouine se sont retrouvés, vendredi 5 juin, pour l'assemblée générale de leur coopérative. 2008 ne restera pas dans les annales de Terres de Saint Malo. A 18,9 millions, son chiffre d'affaires a perdu 2,6% malgré une augmentation des volumes commercialisés. La faute à un hiver trop doux qui a pénalisé le marché du chou fleur. "2008 aura été difficile à cause de la dureté des marchés et des conditions climatiques", déplore Pierrick Gauvin, président de Terres de Saint Malo. Plus de 52.000 tonnes de légumes ont été commercialisés, avec des volumes en hausse pour la carotte et le céleri, en baisse pour la pomme de terre. Si les choux fleurs représentent toujours plus de la moitié de l'activité de la coopérative, la diversification, avec 11% du chiffre d'affaires, confirme sa place. L'agriculture biologique se porte bien. Son chiffre d'affaire a augmenté de 40% et représente désormais 10% de l'activité de Terres de Saint Malo. La coopérative continue d'élargir sa gamme et son calendrier. Ainsi, des produits, comme le céleri à destination des traiteurs, sont désormais disponibles 12 mois sur 12. Sur ce marché de la restauration hors domicile, le chou blanc a trouvé un nouvel essor.

Les programmes opérationnels représentent 1,8 million pour le développement de nouvelles techniques et l'organisation économique. Les programmes de 2009 s'inscriront dans la continuité des actions de 2008.

 

Economie et territoire

L'AOP Cérafel a été reconnu et va permettre aux producteurs de continuer à travailler en organisation régionale multi-productions. Pour faire le poids face à la concentration de l'offre, les producteurs renforcent leur organisation régionale et travaillent à un cadran de mise en marché nord-européen. Dans le domaine économique, aux marchés s'est ajoutée l'inquiétude de l'éco-taxe sur les transports. "Elle pourrait représenter 2000 euros par producteur", craint Pierrick Gauvin. La logistique est plus que jamais un secteur clé pour contenir les coûts.

Pour répondre à un problème récurrent de main d'œuvre, la coopérative, avec l'AEF et le pôle emploi, a lancé un parcours de formation afin de permettre à des personnes n'ayant jamais travaillé dans le secteur agricole de rejoindre une exploitation légumière.

Au-delà des difficultés conjoncturelles, l'avenir des productions légumières dépendra de la place qui leur sera accordée. Sur la zone littorale, les terres agricoles sont souvent convoitées. Le pays de Saint Malo a donc conduit une réflexion sur le partage du territoire afin de concilier les activités économiques et une population en augmentation. "Pour tenir compte de la fragilité de l'agriculture littorale, les élus de Saint Malo agglo se sont engagés à évaluer les impacts sur l'agriculture de toute décision d'aménagement de l'espace, d'identifier des mesures compensatoires quand il y a une opération d'urbanisation et de se doter d'outils de réflexion pour les PLU", explique Pierre Yves Mahieu, vice-président en charge du territoire. De quoi mieux prendre en compte le poids économique de l'agriculture dans les décisions d'aménagement du territoire.

Une nouvelle image pour Prince de Bretagne

 

Pour renforcer sa notoriété auprès des consommateurs, Prince de Bretagne a rafraichi son image au travers de sa campagne publicitaire: paysage typique de la côte, épée pour marquer la défense du territoire et des valeurs, présence plus affirmée de légumes, nouveau slogan "pour l'amour des légumes, défendons le goût du frais". Pour porter l'image des légumes bretons, la marque régionale prend la mer ! Prince de Bretagne construit un trimaran de 50 pieds, que barrera Hervé Cléris. Dès le 8 novembre, le skipper s'attaquera à la transat Jacques Vabre et compte être sur le pont pour la route du Rhum de novembre 2010. Une aventure à suivre sur www.princedebretagne-mer.com.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
Dans l’Orne, une nouvelle attaque d’élevage suscite la colère de la profession agricole

Un incendie criminel a ravagé trois bâtiments d’un élevage de poulets de l’Orne, dans la nuit du 16 au 17 septembre. Si l’…

Vignette
Ressources humaines : un volet à cultiver avec soin !
La main d'oeuvre disponible sur le marché de l'emploi se fait rare. Un constat que partagent agriculteurs et services de…
Vignette
L'agriculture de conservation des sols, une troisième voie ?
Alors que le rapport spécial du Giec publié début août réaffirme l'étroite relation entre agriculture, état des sols, sécurité…
Vignette
Pas de glyphosate détectable dans leurs urines
Tous sont utilisateurs de glyphosate. En réponse aux pisseurs volontaires, vingt agriculteurs de la FDSEA du Morbihan ont fait…
Vignette
L'enjeu environnemental et climatique au cœur du Space 2019
La 33e édition du Space, qui se clôture ce vendredi a été fidèle à ses fondamentaux. Le salon est bien le temps fort…
Vignette
Chauffer un poulailler par géothermie pour économiser des euros et des kg de CO2
Si l’ambiance des poulaillers les plus récents est bien maîtrisée même en période de forte chaleur, l’alimentation des volailles…
Publicité