Aller au contenu principal

UGPVB
Redonner l'envie aux filières animales

Conjoncture difficile, distorsions de concurrence, lourdeurs réglementaires… Les filières animales sont à la peine. Pour leur redonner de l'allant, l'UGPVB en appelle autant à l'Etat qu'aux instances européennes. Lors de son assemblée générale, le préfet de région a apporté des premières réponses.

Michel Bloc'h, a listé les attentes des producteurs.
Michel Bloc'h, a listé les attentes des producteurs.
© Terra

Dans une période difficile pour toutes les productions animales, l'Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne a tenu "à regarder l'horizon". Lors de son assemblée générale du 22 décembre, son président, Michel Bloc'h, a listé les attentes des producteurs pour redonner performances et profitabilité à ces filières.
- En finir avec les distorsions de concurrennce. Rien qu'entre l'Allemagne et la France, les écarts de compétitivité représenteraient 75 millions pour la filière porcine, grâce aux avantages allemands en termes de régime fiscal, de TVA et de coût de la main d'œuvre. L'UGPVB en appelle donc à une harmonisation européenne. Pour améliorer la compétitivité, l'Union plaide pour la mise en route du 44 tonnes, la fin de la taxe Borloo et la réintroduction des graisses dans l'alimentation animale.
- Donner un cadre plus favorable à l'esprit d'entreprendre, avec des objectifs de revenu plus ambitieux, l'encouragement fiscal à l'arrivée de capitaux extérieurs, la possibilité de rationaliser les outils de production. La profession a exigé que les procédures "installations classées" soient simplifiées et que la réglementation ZES soit remise à plat pour faciliter l'évolution des élevages.
- Préserver une PAC forte. S'ils sont bien conscients de devoir apprendre à travailler avec la volatilité des prix, les éleveurs plaident pour le maintien d'outils d'intervention et une solidarité entre filières, dans un cadre européen.
- Innover et se tourner vers les consommateurs. Les filières bretonnes veulent continuer à approvisionner les marchés de volume. Ce qui ne les empêche pas de jouer l'excellence sanitaire et de défendre l'origine française.
La volonté de l'UGPVB de redonner le goût d'entreprendre aux éleveurs est partagée par Jacques Jaouen. "Permettons aux gens qui y croient d'adapter leur exploitation par une réglementation plus dynamique", espère le président de la chambre régionale d'agriculture.

La vie des sections

Section œufs : depuis avril, les prix de l'œuf sont au plus bas (-11,7% par rapport à 2009) alors que l'aliment a pris 15%. 2011 s'ouvre sur de sombres perspectives, avec un cheptel européen en hausse, alors même que d'importants investissements seront nécessaires pour les mises aux normes bien-être. La production alternative se développe toujours.

Section porcs : dans une conjoncture très dégradée, le cours 2010 s'est établi à 1,147 euro. Soit une baisse de 0,95% alors que le coût de production a augmenté. Les principaux concurrents, Danemark, Allemagne et Pays-Bas, ont, dans le même temps, augmenté de 5% leurs abattages. Pour faire connaître ses efforts, la profession bretonne a organisé une vaste opération de communication.

Section viande bovine : la conjoncture reste difficile. Pour mieux suivre les cours, une grille des tarifs pratiqués et du prix du broutard a été mise en place. Des marchés à l'export pour les animaux maigres se sont ouverts, avec des opérations groupées des acteurs bretons. Les groupements ont mené des actions techniques autour de la contention à l'embarquement.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
Tristan Delisle, un producteur de lapins engagé
Tristan Delisle s'est installé en mars 2020 sur l'élevage familial de lapins avec sa mère, en remplacement de son père parti à la…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
Publicité