Aller au contenu principal

Redorer l'image des métiers de la production

Lors de son assemblée générale du 13 mars, l'AEF a levé les préjugés qui pèsent sur les métiers de l'agriculture. La production et le machinisme recrutent et proposent des métiers variés où l'on peut s'épanouir.

Non seulement, les métiers de l'agriculture recrutent mais ils sont variés, ouverts et permettent de belles carrières. Pour lever les préjugés, l'Association emploi-formation, lors de son assemblée générale du 13 mars, a réuni les acteurs relais de l'emploi pour parler conditions de travail et qualité de l'emploi. De par leur diversité, les métiers de la production sont accessibles à tous les niveaux de formation. La formation continue et l'expérience permettront ensuite de gravir les échelons des responsabilités. Les conditions de travail sont en perpétuelle amélioration. Beaucoup de tâches ont été mécanisées et facilitées. Reste qu'il faut prévenir les accidents et l'usure physique. L'étude des risques commence à se pratiquer sur les exploitations. "Dans tous les métiers, il y a des risques et des possibilités de les réduire. Protéger la santé des salariés et des exploitants, c'est aussi préserver le potentiel de l'entreprise", explique Jean Yves Jégou, de la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor qui accompagne des producteurs de porcs dans cette démarche.

 

De nombreux emplois

L'emploi en agriculture est loin de se réduire aux saisonniers. Les CDI sont nombreux et les CDD peuvent durer jusqu'à 8 mois par an. Sur son exploitation maraîchère, Martine Milan, présidente de l'AEF, travaille avec 8 permanents et des personnes dont les CDD durent de quelques semaines à 7 ou 8 mois. "Quand ça se passe bien, que la valeur de la personne est reconnue, les gens reviennent d'une année sur l'autre", témoigne-t-elle.

Quand d'autres secteurs d'activité, comme le bâtiment ou les travaux publics, recrutent, l'agriculture doit attirer et garder les jeunes, issus de formations agricoles. Un accompagnement, via le tutorat, facilite l'intégration de nouveaux salariés. Le salarié expérimenté transmettra son savoir-faire au nouveau et l'aidera à se sentir bien dans son emploi.

Issu du milieu ou non, qualifié ou novice, homme ou femme, les métiers de l'agriculture sont accessibles à tous. Quitte à lever des tabous ! "Une femme peut, aussi bien qu'un homme, être agent de remplacement, assure Pascale Martin, d'Ille et Vilaine remplacement. Il faut donner à chacun la chance de faire ses preuves".

Pour mieux faire connaitre les métiers de l'agriculture, l'AEF travaille avec les différents acteurs de l'emploi, comme l'ANPE. L'association les présente également aux plus jeunes lors de rencontres scolaires ou de forums des métiers.

Bilan de la bourse de l'emploi

 

L'AEF met en relation offreurs et demandeurs d'emploi. 260 offres d'emploi ont été déposées en 2007, un nombre en régression de 15% par rapport à 2006. C'est toujours en élevage qu'il y a le plus d'offres, avec 59%. Ces emplois sont souvent en élevage porcin – secteur où le nombre d'offres s'est maintenu – et en élevage laitier, où il a été le plus bas depuis 10 ans. Les cultures spécialisées représentent un quart des offres. Le restant se partageant entre le machinisme et le paysagisme. 45% des offres sont en CDI, surtout en élevage ; les CDD sont majoritaires en machinisme et cultures.

Dans plus de la moitié des cas, l'offre fait suite au départ d'un salarié. 35% des besoins de main d'œuvre sont dus à des pointes d'activité. 8% des offres correspondent à des créations de postes.

270 personnes, à la recherche d'un poste, se sont fait connaître à l'AEF. Elles étaient 341 en 2006. 57% d'entre elles veulent travailler en élevage. Avec seulement 9% des personnes intéressées, un chiffre en diminution de 50%, le machinisme attire peu.

L'adéquation entre offres et demandes demeure importante dans certains secteurs comme le porc, où 84 offres d'emploi étaient proposées pour 57 demandes. C'est l'inverse en paysagisme où 21 demandes ont été recensées alors que seulement 5 offres ont été déposées, beaucoup de recrutements se faisant en direct. L'adéquation est plus équilibrée en lait ou en cultures spécialisées. 105 placements ont été réalisés par l'AEF, dont 34% en élevage de porc. 81% des offres ont été satisfaites. "59% des candidats qui se font connaitre à l'AEF ne sont pas issus du milieu agricole. Il faut donc continuer à travailler sur l'attractivité des métiers pour trouver de plus de candidats", encourage Martine Milan, présidente de l'AEF.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Fébrilité de la filière à l’approche de la fin de la castration à vif
À l’occasion de son assemblée générale, la Fédération nationale porcine (FNP) a demandé un changement de la grille de paiement de…
Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
L'agriculture se glisse entre les deux tours
Les FDSEA et JA de Bretagne avaient, dès la publication des listes de candidature pour les élections régionales, invité les…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Publicité