Aller au contenu principal

AG de l'UGPVB
Regards d'experts sur un enjeu d'avenir : la souveraineté alimentaire

"Nous allons être plus nombreux sur la planète et aussi plus riches". Partant de ce constat, Jean de Kervasdoué et André Souteyrat ont apporté leur expertise autour de la question de la souveraineté alimentaire, lors de l'assemblée générale de l'UGPVB, le 7 décembre à Saint-Quay-Portrieux (22).

Ingénieur agronome de formation, devenu économiste, Jean de Kervasdoué a effectué une brillante carrière avant d'obtenir une chaire au Conservatoire national des Arts et Métiers. "Je suis revenu à l'agriculture car les écologistes m'agaçaient" tempête-t-il. Selon lui, son dernier livre "Les prêcheurs de l'apocalypse : pour en finir avec les délires écologiques et sanitaires" est tombé à point nommé pour asséner quelques vérités au moment du Grenelle. "Les contemporains partagent des craintes injustifiées car dans nos pays, les principales causes de mortalité sont des problèmes de riches : le tabac, l'hypertension, l'alcool. La nature demeure le problème des pays pauvres".

 

Trois solutions pour nourrir la planète

Ainsi, selon Jean de Kervasdoué, il y aurait trois alternatives pour nourrir trois milliards de personnes en plus sur la planète : "augmenter les surfaces cultivées, accroître la productivité, devenir tous végétariens". Le troisième point étant d'autant plus difficile à envisager que la population s'enrichit, et si l'on veut éviter la destruction des forêts pour augmenter les surfaces agricoles, le recours aux OGM est selon lui inévitable. Sur la question des OGM, il déplore en effet l'ignorance des français parmi lesquels "40% pensent qu'il n'y a de gènes que dans les plantes transgéniques" et surtout le recours au principe de précaution qui est ici inapplicable.

"Grâce aux formidables gains de productivité du secteur agricole, la nourriture est devenue bon marché représentant à peine aujourd'hui 16% des dépenses des ménages" rappelle Jean de Kervasdoué. En contrepartie, conclut-il, "il y a de moins en moins d'agriculteurs et les contemporains ont une image mythique de la ruralité. Il faut donc réexpliquer à la société ce que vous faites avec des mots simples".

 

L'enjeu est réel mais surmontable

A cela, étaye André Souteyrat, chef du service veille, études et prospective de la chambre régionale d'agriculture de Bretagne, "on a déjà répondu sans le savoir à une augmentation de la consommation de viande de 180 millions de tonnes ces quarante dernières années, l'enjeu à venir n'est donc pas insurmontable". Depuis 2003, l'augmentation annuelle de la consommation de viande de 4,4 millions de tonnes induit un besoin supplémentaire de 17,2 millions de tonnes de céréales et de 4,3 millions de tonnes de tourteaux. Or, les rendements en céréales progressent moins vite qu'auparavant. Les rapports entre stocks et consommation sont quant à eux très tendus. Selon l'expert, "les échanges devraient augmenter avec l'augmentation de la population mais avec des contraintes fortes comme le coût croissant de l'énergie et un taux de change susceptible de déstabiliser le marché européen". Bien que particulièrement confiant dans la capacité d'adaptation de l'agriculture bretonne, André Souteyrat ne minimise donc pas les contraintes et les enjeux autour d'une augmentation de la production.

 

Audrey Dibet

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Marché foncier en croissance, des prix qui continuent de progresser
Un an de crise sanitaire n'auront pratiquement eu aucune incidence sur l'activité du marché foncier et de la Safer. Mieux, le…
Choucas : du blé pour camoufler le maïs
Ravageurs, désherbage du maïs et pression des maladies sur céréales…, programme dense à la réunion bout de champ Agrocultures,…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Publicité