Aller au contenu principal

Remplaçant ? Un métier passionnant !

Alors qu'il y a peu encore, elle ne songeait qu'à s'installer à son compte, Marie Rannou a trouvé à Finistère remplacement un métier passionnant, alliant autonomie, responsabilités et horaires cadrés. Un mélange qui, pour le moment, convient à merveille à la jeune femme.

Voilà maintenant deux ans que Marie Rannou sillonne les routes du centre et du nord Finistère pour assurer des remplacements en production laitière.
Voilà maintenant deux ans que Marie Rannou sillonne les routes du centre et du nord Finistère pour assurer des remplacements en production laitière.
© Terra
Avec des parents et des grands-parents agriculteurs, Marie Rannou a toujours été passionnée par la vie de la ferme, où elle a commencé très jeune à donner un coup de main. Et, quand son frère s'installe, c'est tout naturellement qu'elle s'inscrit au lycée agricole du Nivot. Une fois décrochés BEP et BTA, elle ne se trouve pas suffisamment mûre pour entrer dans le monde du travail et décide de poursuivre ses études jusqu'au BTS. S'installer ? Elle se trouve encore un peu jeune et décide de commencer par être salariée. "Depuis mes 16 ans, je travaillais à Finistère remplacement le week-end et durant les vacances pour me faire un peu d'argent de poche. C'est tout naturellement que je leur ai proposé ma candidature".

Etre autonome

Voilà maintenant deux ans que Marie sillonne les routes du centre et du nord Finistère, pour des remplacements en production laitière. "En général, nous faisons au maximum 30 à 35 kilomètres pour aller travailler". Ce qui lui permet de rentrer à l'heure de midi puisqu'en lait, c'est la journée discontinue qui est la norme, rythmée par les deux traites en début et fin de journée.
Le plus souvent, Marie intervient sur les exploitations suite au départ en congés de l'agriculteur ou lors d'un accident. "La première situation est plus confortable, reconnaît la jeune femme. En général, nous passons une heure ou deux avec l'éleveur avant son départ, histoire de passer les consignes". En cas d'accident, c'est bien plus compliqué, notamment si l'agriculteur se retrouve à l'hôpital et s'il travaille seul sur l'exploitation. "Si c'est possible, nous échangeons par téléphone. Mais parfois, nous débarquons sur l'élevage sans même savoir dans quel champ sont les vaches ni comment démarrer la machine à traire". Le remplaçant devra alors faire appel à son expérience et à son sens de l'autonomie pour parvenir à gérer. "Le plus urgent est de traire les vaches et d'alimenter les animaux. Au bout de deux à trois jours, l'adaptation est faite et on n'est plus débordés".

Se débrouiller

Un tracteur qui tombe en panne ? Une machine à traire qui refuse de démarrer ? "J'essaie de me débrouiller seule", avoue Marie qui, plus jeune, a passé beaucoup de temps à regarder son père ou son frère travailler et s'en inspire aujourd'hui. "Et si je n'y arrive pas, je peux toujours joindre par téléphone l'un ou l'autre des salariés de Finistère remplacement : nous avons des compétences qui se complètent".
Si les remplacements pour congés durent, le plus souvent, une semaine ou 10 jours, ils peuvent être bien plus longs pour les autres motifs. "Il m'est arrivé de rester 7 mois sur une ferme, suite à un accident; Et les remplacements pour maternité durent trois ou quatre mois". Et, quelle que soit la charge de travail, au remplaçant d'assumer. "S'il y a trop de week-end à faire, Finistère remplacement fera appel à des vacataires pour me remplacer. Je suis aussi amenée à faire les chantiers de récolte ou la surveillance des vêlages, la nuit, s'ils sont groupés".

S'adapter

Quelles qualités pour être remplaçant ? "Ne pas être grande gueule, répond aussitôt Marie. Il nous faut sans cesse nous adapter à l'éleveur et à sa façon de travailler". Mais pas question, non plus, d'être trop timide. "Il faut être souple : d'un élevage à l'autre, les méthodes de travail sont complètement différentes. Et si certains acceptent quelques modifications, du moment que l'objectif est atteint, d'autres attendent que l'on ne change rien à leur façon de faire".
Pas trop dur d'être une femme, lorsqu'il faut intervenir seule sur un élevage ? "Il reste encore des tâches physiques", reconnaît Marie qui se souvient, entre autres, d'une ferme où il fallait traverser la cour avec les bidons de lait pour nourrir les veaux. "Ils sont trop lourds pour moi : je préfère faire deux ou trois tours avec des seaux". Et certains éleveurs ont parfois du mal à accepter une femme. "Il faut commencer par faire ses preuves. Après, ils nous font confiance".

Un métier de contacts

Alors qu'elle ne songeait qu'à l'installation il y a peu encore, Marie a découvert à Finistère Remplacement un métier passionnant. "Ce que j'aime, c'est la diversité : je n'ai jamais le temps de m'ennuyer, chaque jour est différent". Si elle apprécie de découvrir des méthodes de travail différentes, la jeune femme aime aussi les contacts humains que lui procure son métier. "Je rencontre plein de gens, les agriculteurs, leurs voisins, l'équipe d'ensilage... Ce sont autant d'occasions de discuter et d'apprendre". Sans oublier les responsabilités qu'elle doit assumer au quotidien, l'exploitation reposant entièrement sur ses épaules le temps du remplacement. "Mais j'apprécie aussi d'avoir un travail bien cadré, 40 heures par semaine, et de profiter de bon nombre de mes week-ends, ce que je ne pourrais certainement plus faire une fois installée". Ce sont toutes ces raisons qui poussent la jeune femme à envisager de poursuivre, pour quelques temps encore, son activité au sein de Finistère Remplacement.

Une vraie équipe

Même s'ils travaillent seuls sur les exploitations, les agents de remplacement sont amenés à se rencontrer régulièrement. "Il y a des réunions régulières sur chaque zone et, trois fois par an, des réunions en petits groupes, explique Marie. Nous déjeunons ensemble et échangeons sur notre métier, sur les petites astuces à connaître...". Une fois par an, Finistère Remplacement leur propose aussi de participer à des formations, une autre occasion de croiser les autres salariés. "Et, bien que l'on ne se voit pas si souvent, il y a une vraie ambiance d'équipe entre nous".

 

Finistère remplacement en quelques chiffres

Le service départemental Finistère remplacement et les 16 services locaux emploient désormais :
- 54 techniciens permanents en contrat à durée indéterminée, sur les 110 salariés équivalents temps plein que compte l'équipe,
- dont 16% de femmes,
- un âge moyen de 28 ans,
- de multiples profils : BTS agricole, bac pro agricole, anciens chefs d'exploitation, jeunes en attente d'installation,
- 68 % de salariés en lait, 16 % en porc et 16% mixtes (lait et porc, lait et légumes, lait et élevage allaitant),
- ancienneté moyenne des salariés en CDI : 3,5 ans.
En quelques années, Finistère remplacement est devenu une vraie entreprise, avec un CHSCT, un comité d'hygiène, de sécurité et conditions de travail, et une délégation du personnel.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
PCAEA : des nouveautés dans les appels à projets qui viennent d’être ouverts
La Région Bretagne vient de lancer trois appels à projets 2021 du plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations…
Publicité