Aller au contenu principal

Fémodec
Renforcer les actions collectives

Ils sont à risques ces volatiles qui trouvent le gîte et le couvert sur les champs tout juste semés proche des tables d'alimentation des exploitations. Sur les étourneaux ou corneilles, la Fémodec veille, jouant la lutte collective contre les ravageurs, volants, rampants, urticants… Ils sont à risques ces volatiles qui trouvent le gîte et le couvert sur les champs tout juste semés proche des tables d'alimentation des exploitations. Sur les étourneaux ou corneilles, la Fémodec veille, jouant la lutte collective contre les ravageurs, volants, rampants, urticants… Ils sont à risques ces volatiles qui trouvent le gîte et le couvert sur les champs tout juste semés proche des tables d'alimentation des exploitations. Sur les étourneaux ou corneilles, la Fémodec veille, jouant la lutte collective contre les ravageurs, volants, rampants, urticants

Nouvelle équipe à la tête de la Fémodec dirigée par Laurence Moquet et présidée par Michel Colleu
Nouvelle équipe à la tête de la Fémodec dirigée par Laurence Moquet et présidée par Michel Colleu
© terra

 

Ravageurs des cultures, ragondins, taupes, corneilles et autres nuisibles sont la bête noire de ceux  qui les voient un jour débarquer. "Je n'en n'avais jamais vu autant". Un matin, ses semis de maïs faits, Gérard Le Doré, éleveur de la FDSEA, les a vues se poser. Des corneilles. "Mon voisin a eu 5 ha de maïs mis à sac, moi 3 ha détruits comme ça. On a eu beau mettre des cages, le temps de faire toutes les démarches et d'obtenir les autorisations, les semis étaient déjà fichus, d'année en année ça prend de l'ampleur" a-t-il tempêté, jeudi dernier, lors de l'assemblée générale de la Fémodec à St Allouestre, devant une salle comble. "Pour être efficaces, jouons collectif sur le terrain qu'est le notre" insiste Michel Colleu, à la présidence de la Fédération de défense contre les ennemis des Cultures. Des actions collectives, face à des ravageurs connus. C'est le cas des 9905 piégeages de ragondins par des bénévoles sur 220 communes solidaires. Une augmentation des captures pour le deuxième année consécutive.

Mais c'est aussi la monté en nuisance des ravageurs d'un nouveau genre, volants, pigeons ramiers ou encore rampants, chenilles processionnaires du pin et du chêne. Et avec eux de nouveaux risques qui dépassent les seuls intérêts de l'agriculture pour toucher ceux de la santé public.

 

Exemple ligérien

 

Un cadre plus large que celui dévolu à l'origine à cette structure. D'où la nécessité d'ententes et de partenariats. Marc Pondaven, directeur de la fédération ligérienne (FREDON, fédération régionale de défense contre les Organismes Nuisibles) a, pour sa part, apporté l'expérience mise en place en Loire Atlantique et Vendée. "Une particularité où les collectivités sont très impliquées et techniquement et financièrement". Exception qui pourrait inspirer la Bretagne pour mettre en place un financement pérenne des structures de défenses contres les ravageurs tout en protégeant juridiquement les maires des communes adhérentes, "218 sur 221 en Loire Atlantique". Une reconnaissance qui aujourd'hui s'applique aussi à l'inspection des végétaux, travail auparavant dévolu au SRPV, et qui sera désormais réalisé par les techniciens de la Fédération régionale, réduction des financements publics oblige.

 

Claire Le Clève

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité