Aller au contenu principal

Repenser son bien-être au travail

Depuis 2014, la MSA propose aux chefs d'exploitations et à leur conjoint(e) une formation pour mesurer et cerner les situations de risque de mal-être au travail tout en trouvant des leviers pour y remédier.

Gwenaëlle Guillet et Nicolas Jagut, conseillers prévention à la MSA.
Gwenaëlle Guillet et Nicolas Jagut, conseillers prévention à la MSA.
© A.M

Comment est née l'idée de cette formation et comment s'est-elle construite ?
Nicolas Jagut : Cette formation existe depuis 2014, mais le point de départ a été la crise du lait en 2009 - 2010. Les travailleurs sociaux et conseillers en prévention faisaient face à des situations difficiles de mal-être et de stress au tavail. Une étude a été menée pour connaître les facteurs majeurs de stress qui sont les raltions interprofessionnelles, la pression de la trésorerie, la charge de travail, et la reconnaissance. La MSA a donc décidé d'organiser des journées de sensibilisationpour présenter les résultats de cette étude et permettent aux agriculteurs d'échanger sur leur situation. Pour autant, une journée, ça ne suffit pas pour que les gens aillent mieux, donc on a décidé de construire cette formation.

 

Concrètement, quel est le contenu et le déroulé ?
N.J : On commence par trois modules en groupe pour présenter les risques psycho-sociaux propres aux exploitants agricoles, échanger sur son expérience personnelle et intégrer les méthodes d'analyse de l'activité de travail. C'est aussi l'occasion de faire des mises en situation, ce qui permet de faire émerger des questionnements et d'analyser concrètement son activité. On passe ensuite en module individuel, avec trois demies journées sur l'exploitation pour identifier ses besoins, ses sources de satisfaction et de contraintes. Avant de projeter des axes d'émélioration et un plan d'actions. On termine ensuite la formation par deux nouveaux modules en groupe.

 

A qui s'adresse cette formation ?
N.J : Il n'y a pas de profil type. La formation s'adresse à tous les chefs d'exploitations et leur conjoint(e) qui sont prêts à prendre un peu de temps pour analyser leur situation de travail et échanger sur leurs pratiques. L'objectif n'est pas de leur donner des solutions clés en main, mais qu'ils repartent avec des méthodes d'analyse. Les leviers peuvent être très larger car chacun a des attentes différentes : psychologique, physique, économique... En conséquence, les leviers qui peuvent être actionnés sont divers. On peut citer l'exemple de partcipants qui ont mené une réflexion sur le partage des tâches, d'autres sur une embauche, ou encore la construction d'un nouveau bâtiment....

Pratique

Date des sessions :
Module 1 (en groupe) : mardi 28 novembre, de 9h30 à 17h30.
Module 2 (en groupe) : mardi 5 et jeudi 7 décembre, de 9h30 à 17h30.
Module 3 (accompagnement individuel sur l'exploitation) : 3 entretiens de 4 heures répartis sur les semaines 50 et 51 en 2017 et sur les semaines 2 à 5 en 2018.
Module 4 (en groupe) : mardi 20 février de 9h30 à 17h30.
Module 5 (en groupe) : jeudi 15 mars de 9h30 à 13h.

Inscriptions : Odile Léonard MSA des Portes de Bretagne, 02.99.01.80.68 leonard.odile@portesdeBretagne.msa.fr

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
Publicité