Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Ressources humaines : un volet à cultiver avec soin !

La main d'oeuvre disponible sur le marché de l'emploi se fait rare. Un constat que partagent agriculteurs et services de remplacement. Pour mettre toutes les chances de leur côté, au moment du recrutement comme pour fidéliser leurs salariés, Finistère remplacement et Partag'emploi misent sur une multitude de petites choses que les agriculteurs peuvent aussi mettre en place chez eux.  

De gauche à droite : Tanguy Héré, responsable de secteur à Finistère remplacement, Marie-Christine Louet, chargée des ressources humaines, Stéphane Charon, directeur, et Marc Sparfel, vice-président.
© Chantal Pape

"Si notre seule préoccupation avait été le moindre coût à l'adhérent, nous ne serions plus là aujourd'hui". Vice-président de Finistère remplacement, Marc Sparfel en est convaincu, c'est la professionnalisation du métier de remplaçant qui a permis à l'entreprise de tirer son épingle du jeu, dans un contexte de pénurie de main d'oeuvre à laquelle, comme les agriculteurs, elle est confrontée.

Une personne dédiée aux RH

La prise de conscience a eu lieu il y a une dizaine d'années déjà. "On voyait bien qu'embaucher les fils et filles d'agriculteurs n'allait pas suffire, indique Stéphane Charon, le directeur. Ils ne sont plus assez nombreux". Finistère remplacement fait donc le choix de dédier l'un de ses salariés uniquement à ce volet des ressources humaines. Et du recrutement à la fidélisation des salariés en passant par leur formation, ses missions sont nombreuses.

"Tous les ans, je me rends dans les écoles d'agriculture pour faire connaître l'entreprise et ses missions", détaille Marie-Christine Louet, qui peut aussi compter sur l'Anefa, les réseaux sociaux ou le bouche-à-oreille pour trouver des candidats. Premier contact avec l'entreprise, l'entretien d'embauche permet, certes, de vérifier les compétences techniques du futur salarié mais aussi sa capacité à rendre service à l'adhérent. "C'est ce qui fera la différence".

Une intégration en douceur

Une fois embauché, chaque nouveau salarié bénéficie d'une ou deux journées d'intégration, en doublon avec un technicien expérimenté. Mise en place il y a trois ans, cette procédure est appréciée des entrants. "Plutôt que d'être livrés à eux mêmes, ils sont guidés lors de leur première intervention, souligne Stéphane Charon. Ils peuvent échanger tout au long de la journée. Et sauront plus tard vers qui se tourner, en cas de besoin".

Les quatre responsables de secteur vont ensuite prendre le relais et vérifier que tout se passe bien. "Des repas, organisés régulièrement, vont aussi permettre aux salariés de faire la connaissance de ceux qui travaillent dans le même secteur".

Fidéliser le personnel

Dans l'année, les salariés embauchés en CDI auront un entretien professionnel. "Un moment qu'ils apprécient, constate Marie-Christine Louet. Il permet de se décentrer du quotidien et de faire le point sur ce qu'ils aiment, ce qu'ils ont envie de faire évoluer". Ce peut être l'occasion pour ce papa dont l'épouse vient de changer de travail de demander un temps partiel, pour s'occuper de ses enfants. Ou pour cette jeune maman de passer de Finistère remplacement à Partag'emploi, où les horaires sont plus faciles à anticiper.

"Certains veulent passer du lait au porc, ou l'inverse", rajoute Stéphane Charon. Si certains salariés doivent déménager à l'autre bout du département pour suivre leur conjoint, ils peuvent conserver leur travail, en changeant simplement de secteur. "Et en fin de carrière, nous pouvons aussi proposer un départ en retraite progressif". Autant d'aménagements du temps de travail qui permettent de fidéliser le personnel. Plus surprenant, Finistère remplacement peut aussi être amené à accompagner des salariés en reconversion professionnelle. "Ils savent qu'il y a toujours un interlocuteur à qui parler, explique Marie-Christine Louet. Si toutes les demandes ne peuvent aboutir, ils savent qu'ils seront écoutés".

S'adapter

Pour fidéliser son personnel, Finistère remplacement doit aussi compter sur ses adhérents. "Avant de le considérer comme un remplaçant, considérez-le comme un homme ou comme une femme, chacun avec ses qualités et ses défauts, leur conseille Tanguy Héré, responsable de secteur. Si le salarié doit s'adapter, l'agriculteur aussi". Les jeunes, dont c'est parfois le premier poste, "ont besoin d'être accompagnés et rassurés". "Et quel que soit l'âge, il faut savoir dire quand c'est bien", rajoute Marie-Christine Louet.

"La gestion des ressources humaines, c'est avant tout une attention portée à l'autre", résume Stéphane Charon. Ce qu'on fait à Finistère remplacement est tout à fait applicable aux petites entreprises". Car l'enjeu est de taille. "Dans un marché de l'emploi tendu, on ne peut pas se permettre de perdre des salariés, estime Marc Sparfel. Si chacun y met du sien, le problème d'attractivité peut vite être résolu".

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Sarah Le Quer, installée à 24 ans
En octobre 2017, à 24 ans, Sarah Le Quer rejoint l’exploitation laitière familiale et s’associe avec son père. Un choix pesé,…
L’exosquelette entre en salle de traite
À la ferme expérimentale de La Blanche-Maison à Pont-Hébert dans la Manche, on teste depuis le 25 octobre l’exosquelette, un…
"Nous allons passer ce cap difficile, développer notre stratégie, accompagner l'agriculture"
Quelques jours après une grève des salariés qui a marqué les esprits, et à quelques jours des sessions chambre départementales,…
Au concours des Miss, Karen défend la place des femmes en agriculture
Lancé en 2013, le concours Miss France agricole veut promouvoir les femmes et les hommes qui font et feront l'agriculture de…
Vignette
Maïs grain, semis de céréales : la pluie retarde les chantiers
Si la pluviométrie record du mois d'octobre n'a pas trop affecté les chantiers d'ensilage de maïs, la récolte du maïs grain et…
Vignette
Langouët : la CR analyse les eaux

Au mois de mai 2019, Daniel Cueff, maire de Langouët, a interdit l’utilisation de produits phytopharmaceutiques à une distance…

Publicité