Aller au contenu principal

Retraites agricoles : à quand un peu plus d'équité ?

Après Saint Renan et Ergué Gabéric, l'assemblée générale de la section des anciens exploitants de la FDSEA poursuit son tour du Finistère et s'est déroulée cette année à Saint Pol de Léon. L'occasion, une fois de plus, pour les retraités de l'agriculture de réclamer un peu plus d'équité. Et une retraite rapidement à 85% du Smic et non pas à l'issue d'une réforme qui prend du retard.

"Depuis 2013, nos retraites sont quasiment bloquées, affirme Jean Tromeur, le président de la section des anciens exploitants de la FDSEA. Nous faire croire que notre pouvoir d'achat ne baisse pas tient plutôt d'une arnaque à l'inflation". La preuve ? "Nous nous sommes battus pendant 15 ans pour aboutir, enfin, à une retraite au moins égale à 75% du Smic. Et à peine obtenue, elle n'équivaut plus aujourd'hui qu'à 73%".

740 € de retraite

Et ce ne sont pas les déclarations d'Emmanuel Macron qui vont calmer les Anciens. "On nous annonce que les retraites vont être indexées sur le coût de la vie, indique Marie-Thérèse Le Gall, trésorière. J'attends de voir...". Une indexation qui ne suffira pas, loin s'en faut. "Le COR, le conseil d'orientation des retraites indique que les salariés relevant des régimes de la MSA perçoivent, en moyenne, 1 730 € de retraite par mois quand les exploitants agricoles touchent 740 €, 880 pour les hommes et 590 pour les femmes".

Dans le Finistère, les retraités agricoles, à carrière complète, sont 23% à percevoir moins de 700 €/mois. 38% d'entre eux ont entre 700 et 900 €, 19,6% touchent entre 900 et 1 000 € et 10,6% ont une retraite supérieure à 1 000 €. Des montants qui font bondir Paul Schiellein, membre du Bureau de la SNAE, la section nationale des anciens exploitants, qui réclame "un peu plus de considération pour nos métiers !".

25 meilleures années

Relayées par la section des anciens exploitants du Finistère, les demandes de la FNSEA sont claires. "Nous voulons plus d'équité, plaide Paul Schiellein. Pourquoi les agriculteurs ont-ils une retraite calculée sur leur carrière complète, bonnes et mauvaises années mêlées, quand celle des salariés prend en compte les 25 meilleures années, celle des fonctionnaires leurs 6 derniers mois d'activité ?"

Comme pour les salariés, les agriculteurs demandent aussi à ce que leur retraite atteigne au minimum 85% du Smic, aux alentours des 1 000 €/mois, "pour les retraités d'aujourd'hui et de demain, précise Jean Tromeur. Et dans un cadre financier clair, payé par l'impôt et non par des droits gratuits de RCO, dont on ne sait plus comment les financer".

Parmi les revendications, figure aussi le rétablissement de la demi part fiscale supplémentaire pour les personnes seules, veufs et veuves, et la forfaitisation de la majoration de 10% pour les retraités ayant eu au moins trois enfants. Des revendications pour lesquelles les anciens demandent l'appui des actifs. "Nous arriverons à obtenir des avancées si nous travaillons ensemble, comme nous avons su le faire à de nombreuses reprises".

 

Une section dynamique

 

Le 26 avril dernier, l'assemblée générale a aussi permis de faire le point sur une année, une fois encore, très chargée pour la section des anciens exploitants, qui compte désormais plus de 3 800 adhérents. "Nous avons participé à l'atelier participatif sur la réforme des retraites, avec Jean-Paul Delevoye, le 18 septembre dernier à Lorient", relate Marie-Thérèse Le Gall, qui énumère aussi les rencontres avec députés et sénateurs, avec la MSA... "Nous avons aussi organisé 6 rencontres intercantonales cet hiver, qui ont réuni 520 personnes". Sans oublier les élections à la chambre d'agriculture, remportées haut la main, avec plus de 60% des voix, par la liste présentée par la section des anciens et la FDSEA.

Du côté des activités conviviales, les anciens ont participé à la réalisation de fresques à Trévarez et Plounéventer, à l'occasion du passage du Tour de France. La journée de retrouvailles du Nivot, le 30 août dernier, a à nouveau fait le plein, tout comme les trois voyages organisés par la section, aux Pays-Bas, en Irlande et en Auvergne. "Cette année, nous irons en Autriche en juin et dans le Jura en septembre", détaille Yves Kéruzec. Des voyages qui affichent déjà complet !

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité