Aller au contenu principal

Revaloriser le rôle de l'agriculture pour la biodiversité

Lors de son assemblée générale vendredi 11 décembre, le Forum de l'agriculture raisonnée et respectueuse de l'environnement s'est penché sur la biodiversité et sa place dans les systèmes de polyculture-élevage.

Dominique Denieul, président de Farre 35, et Michel Métais, directeur de la LPO.
Dominique Denieul, président de Farre 35, et Michel Métais, directeur de la LPO.
© Cécile Julien

2010 sera l'année de la biodiversité. Le réseau Farre d'Ille et Vilaine n'a pas attendu cet événement pour travailler sur la diversité des espèces et des écosystèmes. Il en a fait le thème de son colloque annuel. Pour montrer le rôle positif de l'agriculture raisonnée, Farre s'est engagé aux côtés de la Ligue protectrice des oiseaux, de la FNAB et de la FNCivam pour diagnostiquer la biodiversité sur des exploitations en se basant sur le recensement des espèces d'oiseaux. Les indicateurs pour quantifier la biodiversité sont compliqués à trouver, les oiseaux en sont un. "Une exploitation est une bonne échelle pour l'évaluer", estime Michel Métais, directeur de la LPO. De l'ensemble de ces observations sont ressorties des fiches de recommandations par système de production. Des recommandations qui peuvent aller jusqu'à des plans de gestion, comme réhabiliter des mares, assurer la continuité des haies, semer des jachères apicoles… L'étude a montré que les systèmes de polyculture-élevage sont plutôt favorables à la biodiversité. La biodiversité apporte aussi à l'agriculture. "Ne serait-ce que par le bon fonctionnement naturel, souligne Jean Marc Lézé, agriculteur dans le Maine et Loire. Il faudrait en parler dans chaque formation technique".

Se motiver à la préserver
La perte de biodiversité n'est pas inéluctable, on peut l'enrayer en changeant de pratiques. Désormais, les fabricants de phytosanitaires essaient d'heurter le moins possible cette biodiversité. "Dans les dossiers d'homologation des nouvelles molécules, 40% des 200 millions nécessaires sont consacrés à des études environnementales, souligne Jean Marc Petat, de BASF. Nous travaillons à concilier une agriculture de qualité et la biodiversité en proposant de nouveaux profils de molécules qui demandent moins d'intrants". De son côté, la réglementation européenne intègre aussi la biodiversité, au travers de la conditionnalité des aides PAC sur les notions environnementales et des BCAE. "Les bandes enherbées sont une contribution", donne, en exemple, Paul Rapion, chef du service économique à la DDAF. Reste quand même à faire évoluer cette réglementation, pas toujours compatible avec une préservation pragmatique de la biodiversité.
Pour préserver cette biodiversité, il faut, avant tout, l'intégrer dans un projet d'entreprise, la valoriser. "Les agriculteurs sont à la fois des écolos et des chefs d'entreprise, estime Dominique Denieul, président de Farre 35. Pour avancer, il faudrait pouvoir intégrer la biodiversité dans la rentabilité économique de nos exploitations".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité