Aller au contenu principal

Revenir à la préférence communautaire

Bernard Lannes

Président national de la Coordination rurale, 
céréalier et producteur de poulets label dans le Gers
Bernard Lannes

Président national de la Coordination rurale,
céréalier et producteur de poulets label dans le Gers
© Terra

Vous qui parcourez actuellement la France à l'occasion des AG départementales de la Coordination rurale, quelle est l'ambiance dans les campagnes ?

Bernard Lannes. 70 % des agriculteurs sont actuellement dans le rouge. Ce n'est pas moi qui l'affirme, c'est le CERFrance. Lait, porc, céréales... : toutes les productions sont touchées. Et, si on ne fait rien, ce sont les 35-45 ans, ceux qui ont restructuré leur exploitation, qui vont disparaître.

Les pouvoirs publics ont-ils pris conscience de l'ampleur de la crise ?

B.L. Au Salon de l'agriculture, François Hollande comme Manuel Valls ont eu le même discours : la crise sera longue et difficile. Pour le moment, la position de l'Europe semble inflexible, même si une prise de conscience commence à émerger dans certains pays, qui s'inquiètent de la chute du prix du lait : 245 €/1 000 l en Moselle, 220 € en Belgique. Et ce n'est pas la régulation temporaire ou le stockage qui vont nous sauver. Pas plus que les aides mises en place : au mieux, elles compensent 10 % des pertes. Ni la réduction du taux des cotisations sociales : si cette mesure permet de gagner en compétitivité, en approchant des taux de cotisation de nos voisins européens, elle ne va, pour le moment, rendre service qu'aux viticulteurs champenois ! Avec leurs très faibles revenus, la majorité des agriculteurs ne verra pas grande différence.

Alors ? Quelles solutions pour sortir de la crise ?

B.L. Pour vivre de prix plutôt que de primes, il faut changer de logiciel au niveau de l'Europe ! À elles seules, la France, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie et la Pologne pèsent 60 % de la production agricole des 28 pays-membres. Il faut qu'ensemble, elles tapent du poing sur la table et exigent qu'on en revienne à la préférence communautaire ou, comme le disent les Américains, à un "protectionnisme éclairé". Nous n'avons pas vocation à exporter : nos coûts de production ne sont pas compétitifs ! Et n'oublions pas que, globalement, 90 % de ce qui est produit est consommé sur place : le marché mondial, et le prix qui en découle, n'est qu'un marché d'excédent.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité