Aller au contenu principal

Rien de tel que la viande porcine française !

A l'appel de la FNP, les producteurs de porcs ont visité, vendredi 3 septembre, des grandes surfaces pour dénoncer les entreprises, notamment les salaisonneries, qui ne jouent pas le jeu de VPF.

Vendredi 3 septembre, dans deux grandes surfaces rennaises, les producteurs de porcs ont étiqueté les marques qui ne mettent pas en avant le porc français et la démarche VPF.
Vendredi 3 septembre, dans deux grandes surfaces rennaises, les producteurs de porcs ont étiqueté les marques qui ne mettent pas en avant le porc français et la démarche VPF.
© Cécile Julien

Alors que leur production n'arrive pas à sortir de la crise, les éleveurs de porcs ne décolèrent pas de voir de la viande importée envahir les linéaires. Vendredi 3 septembre, à l'appel de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, ils se sont rendus dans deux grandes surfaces rennaises (Leclerc Saint-Grégoire et Géant Grand quartier). Leur but : dénoncer les marques qui n'affichent pas le logo "VPF". "Seul ce logo certifie aux consommateurs qu'ils achètent bien de la viande porcine française et garantit une totale traçabilité", expliquent Dominique Trubert et Nathalie Marchand, de la section porcine de la FDSEA. Avec leurs étiquettes "origine inconnue, exigez VPF", les producteurs ont voulu alerter les consommateurs sur l'absence de traçabilité de certains produits transformés. Les mentions "fabriqué en France" ou "transformé en France" trompent les consommateurs car, à aucun moment, elles n'assurent l'origine des produits.

Mettre en avant VPF

Si cette action d'étiquetage, comme toutes celles qui ont eu lieu dans d'autres départements, vise les consommateurs, elle est également tournée vers les salaisonniers. La FNP mais aussi le syndicat de l'abattage et de la découpe veulent que les représentants des salaisonniers reviennent à la table des discussions pour arriver à un accord sur l'étiquetage de l'origine des produits de charcuterie. L'enjeu est de taille : 70% des jambons vendus en France sont importés. Une concurrence que les producteurs jugent déloyale, à l'heure où leurs coûts de revient s'envolent avec la hausse du prix des aliments. Les responsables des grandes surfaces ont été priés de faire remonter la demande de mise en avant de VPF à leurs instances nationales. "Vous savez, nous pouvons juste avoir des exigences d'origine avec notre MDD, prévient le responsable de Leclerc Saint Grégoire. Chaque marque a sa propre politique".

Face aux explications des producteurs sur leurs efforts en terme de traçabilité et de qualité des produits, les consommateurs semblent plutôt réceptifs. Toutefois, bien peu reconnaissent prendre le temps de lire les étiquettes et de se renseigner sur la provenance. D'autant plus quand le prix est en jeu.

Pour permettre aux producteurs de retrouver une juste rémunération, il faudra non seulement combattre les importations mais aussi résoudre l'équation inégale de répartition de la valeur ajoutée au sein de la filière.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité