Aller au contenu principal

Sapeur pompier volontaire en entreprise : un partenariat gagnant-gagnant

La MSA d’Armorique vient de signer un partenariat avec le Sdis, le service départemental d’incendie et de secours du Finistère. Un partenariat gagnant-gagnant qui permettra à l’une de ses salariés, Sonia Broggi, de s’absenter du travail pour des formations ou des interventions. Avant que son exemple donne à d’autres l’envie de s’engager à leur tour ?

De gauche à droite : Jean-François Le Bleis, vice-président du Sdis 29, Philippe Meyer, directeur général de la MSA d’Armorique et Sonia Broggi, salariée de la MSA et sapeur-pompier volontaire à la caserne de Landerneau.

"Le Finistère compte 2 500 sapeurs pompiers, dont 2 150 volontaires, souligne Jean-François Le Bleis, vice-président du Sdis, le service départemental d’incendie et de secours. Sans eux, les casernes ne peuvent pas tourner. Mais la plupart du temps, ils travaillent et leur disponibilité en journée est problématique". C’est donc avec soulagement que le Sdis signe des conventions de partenariat avec des entreprises. "Un partenariat gagnant-gagnant : le sapeur pompier volontaire peut aller se former sans poser de jours de congés. Et l’entreprise peut compter sur les compétences et la rigueur d’un salarié engagé et disponible".

 

Des sapeurs pompiers disponibles

La MSA d’Armorique a voulu aller encore plus loin et la convention qu’elle a signée le 12 mars dernier prévoit que Sonia Broggi, salariée à Landerneau (29), puisse aussi se libérer, durant la journée, en cas de besoin pour une intervention. Une évidence pour Philippe Meyer, directeur général. "La MSA est organisme de protection sociale. Il est normal que nous nous engagions".
"Les entreprises ne sont pas si nombreuses à l’accepter, apprécie la jeune femme. Et une telle disponibilité est précieuse pour la caserne". Ainsi, à Landerneau, où elle est affectée, il n’y a que 4 sapeurs pompiers professionnels. "Ce n’est pas suffisant pour armer un véhicule de secours, précise le commandant Erwan Quéau, chef du service volontariat au Sdis 29. Il faut absolument des sapeurs pompiers volontaires".

 

Un appel aux bonnes volontés

Recrutée il y a tout juste un an, Sonia Broggi avait évoqué son engagement dès son entretien d’embauche. "J’ai suivi une formation aux premiers secours à l’âge de 14 ans, indique la jeune femme qui, un temps, songe aux pompiers de Paris. Mais je me suis dit que la marche était trop haute, que ce n’était pas pour moi". Et c’est son conjoint, sapeur pompier volontaire, qui la pousse à postuler. "Les formations m’ont permis de gagner en assurance, de voir que j’avais ma place".
"On n’a pas besoin de champions, précise le commandant Erwan Quéau. Cette image éloigne un certain public des casernes et c’est dommage : nous avons besoin de gens bien dans leur tête, disponibles. Et nous ne recherchons pas que des jeunes : il y a aussi des profils intéressants chez des gens un peu plus âgés". Et les effectifs se féminisent, un quart des sapeurs pompiers étant désormais des femmes. De quoi donner des idées à d'autres salariés, à la MSA ou ailleurs ?

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité