Aller au contenu principal

AEF :
"S'approprier la question de la formation"

256 offres d'emplois diffusées en 2008 pour 221 demandes et 134 placements. L'AEF (Association Emploi Formation) a présenté, lundi soir à Bignan, une activité 2008 stable, consacrant ses débats à l'enjeu de la formation professionnel. Un deuxième pan de sa vocation qu'elle entend valorise

Jean Claude Foucraut, président de l'AEF, et éleveur de porc à Noyal Muzillac
Jean Claude Foucraut, président de l'AEF, et éleveur de porc à Noyal Muzillac
© claire le clève

 

En recevant Dominique Oury, du FAFSEA Bretagne, l'AEF a mis en lumière le deuxième volet de sa vocation qu'est l'emploi. "C'est un thème paritaire. Nous partons du constat que nous ne nous sommes jamais suffisamment appropriés cette question de la formation professionnelle", indique son président, Jean Claude Foucraut, éleveur de porc à Noyal Muzillac. "C'est pourtant un puissant levier pour faire évoluer des salariés, permettre un perfectionnement tant à titre personnel qu'à titre professionnel qui sera réinvesti d'une manière ou d'une autre dans l'entreprise", souligne, convaincu l'exploitant. Avec un budget annuel de 6 millions d'euros, le FAFSEA assure la collecte et la redistribution des cotisations des employeurs versées au titre de la formation professionnelle continue de leurs salariés. Une cotisation à hauteur de 0,2 % de la masse salariale. "Le FAFSEA peut également verser une aide aux employeurs pour accompagner l'Effort de Formation, existe aussi le Droit Individuel à la Formation, c'est au salarié d'en faire la demande mais beaucoup ne sont pas au courant, un grand chantier s'ouvre", pour Jean Claude Foucraut.

 

"Profil débutant accepté"

D'autant que le profil des demandeurs d'emplois qui frappent à la porte de l'AEF, évolue. Sur les 221 qui se sont inscrits en 2008, 75 % ne sont pas issus du milieu agricole. Ils sont majoritairement jeunes, le tiers sont des femmes et deux tiers ont un niveau inférieur au CAP/BEP. "De gros progrès ont été faits avec une offre de formations qualifiantes à la carte exceptionnelle,  s'attaquer au volet formation professionnelle est maintenant indispensable car on assiste à une constante professionnalisation du secteur".   134 placements ont été effectués par l'AEF permettant de satisfaire à 78 % les 256 offres. Des offres toujours soutenues dans les domaines de la production laitière (67) et porcine (54) "mais qui baissent significativement en machinisme depuis 3 ans et en horticulture et jardin espaces vert". Autre fait marquant, face à la pénurie de main d'œuvre, "les employeurs sont de moins en moins exigeants". Un constat qui donne tout sa pertinence à l'importance de la formation professionnelle.

 

Claire Le Clève

 

Jean Claude Foucraut, président de l'AEF, et éleveur de porc à Noyal Muzillac

 

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité