Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Sécuriser ses fourrages en zone séchante, on en parle en groupe

Produire des fourrages de qualité en quantité suffisante dans une zone séchante est une préoccupation forte des jeunes installés en production laitière du secteur de Questembert-Vannes. Ils ont pris le parti d’en faire un travail de groupe et de partager ensemble les bonnes idées.

Échanges entre membres du groupe lors d'un rallye prairies. Après cette première saison, des adaptations sont mises en place : dans les prairies, les espèces se diversifient, la pratique du pâturage tournant simplifié ou dynamique est appliqué avec un suivi rigoureux, et le topping se généralise. Le seigle est également testé dans les dérobées.

Au cœur des problématiques posées par le groupe lait-jeunes de Vannes-Questembert, une question est prépondérante : comment gérer notre système fourrager pour gagner en autonomie alimentaire, à la fois en quantité de fourrages récoltés et en qualité nutritive pour le troupeau laitier ? Cette question est d’autant plus prégnante pour les éleveurs du groupe que le secteur est séchant et des épisodes climatiques rendent vulnérable leur système de production. L’enjeu est de réduire cette vulnérabilité et de trouver des pistes concrètes pour sécuriser leur système de production en limitant l’impact sur le temps et le confort de travail.

Les objectifs du projet se déclinent sur les trois axes de la multi-performance des exploitations :

Sur le plan économique :

- Améliorer l’autonomie alimentaire, en quantité et en qualité, pour réduire au maximum les achats extérieurs et optimiser le résultat économique global.

- Améliorer la résilience des exploitations face aux contraintes climatiques fortes, qui se rajoutent aux aléas économiques liés aux fluctuations de la filière laitière.

Sur les plans environnemental et agronomique :

- Se perfectionner sur la gestion du pâturage, avec une valorisation de l’herbe et des prairies, au cœur du système de production autonome.

- Réduire les intrants extérieurs et trouver la meilleure adéquation possible entre le système de production et son environnement, en intégrant notamment des contraintes climatiques fortes.

Sur le plan social :

- Renforcer les échanges en collectif dans le cadre d’une dynamique qui soutient les initiatives des membres du groupe, réassure et conforte chacun dans ses projets d’évolution.

- Réduire le temps de travail et veiller à des changements de pratiques compatibles avec une recherche de confort et de qualité de vie au travail.

 

Vers un système plus résilient

Cette première saison d’échange a permis de caractériser les systèmes de chacun en termes de chargement et en regard du potentiel fourrager du secteur. Les échanges sur l’année ont permis de balayer le champ du possible et d’étudier les adaptations déjà mises en place par chacun pour optimiser l’existant. Dans les prairies, les choix d’espèces se diversifient. Le RGA-TB se voit compléter par de la fétuque des prés, du plantain ou de la fléole. Dans les pratiques, le pâturage tournant simplifié ou dynamique est appliqué avec un suivi rigoureux et le topping se généralise. Dans la catégorie des fourrages conservés, le seigle est testé dans les dérobées et la betterave cultivée ou achetée entre dans certaines rations.

 

Des échanges sous différentes formes

Afin de concilier les exigences du travail sur les exploitations et les échanges en collectif, le groupe a fait le choix de se retrouver sous différentes modalités.

- Sur des formations d’une journée afin de prendre le temps d’approfondir la problématique soulevée par le groupe. En amont de ces journées, les éleveurs saisissent leurs données d’exploitations en lien avec le sujet sur un tableur en ligne. Ce travail préalable permet de disposer des données précises de chaque exploitation et de gagner du temps lors du regroupement.

- Sur le temps du déjeuner avec partage tous azimuts de leurs préoccupations sur le sujet et leurs actualités. Ces rencontres plus informelles permettent d’augmenter la fréquence des rencontres sans pour autant bousculer l’organisation du travail sur l’exploitation.

- Sous la forme "bout de champ" en se retrouvant pour quelques heures pour des visites de parcelles.

Le groupe poursuit sa réflexion est construit aujourd’hui son programme pour la saison 2019-2020.

Le groupe des jeunes éleveurs installés de Questembert-Vannes est ouvert

Le groupe porté par l’association Sem'agri a émergé à l’automne 2017 en réunissant des jeunes éleveurs installés depuis moins de dix ans avec l’objectif d’échanger sur des problématiques communes à leur métier, sur des sujets techniques, administratifs et financiers. Pour l’heure, il compte 7 jeunes éleveurs et éleveuses et souhaite accueillir de nouvelles recrues pour étoffer la dynamique du groupe.

Le groupe bénéficie d’un soutien financier de la Draaf qui accompagne l’émergence de Groupe d’intérêt économique et environnemental (GIEE). L’enjeu est d’échanger avec des pairs dans un cadre neutre, pour être maître de leur décision. Les jeunes éleveurs du groupe sont motivés pour améliorer leurs performances globales, techniques et économiques, tout en veillant à optimiser leur travail pour gagner en confort de travail et de vie.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
À Bolazec, Coralie s'installe avec 30 000 poules plein air
Salariée depuis une dizaine d'années, Coralie Jézéquel souhaitait s'installer en agriculture. Elle franchit le pas à Bolazec (29…
Vignette
La situation financière des élevages bovins s'est dégradée en 2018 (Idele)

Les revenus disponibles des élevages laitiers et allaitants suivis par l'observatoire de l’endettement ont globalement…

Vignette
Le P'tit gallo sur le chemin de l'autonomie énergétique
À Montreuil-le-Gast, la ferme du P'tit Gallo a fait son trou dans le paysage local. Après des débuts "un peu galère", quand il s'…
Vignette
Agriculteurs de Bretagne et "Incoulables" sur le même bateau, vent d’espoir portant
Après "Intouchables", il y aura "Incoulables". Une histoire belle où l’on ne sombre pas, ode à la vie, à l’après, l’après cancer…
Vignette
7 651 vols en un an dans les exploitations agricoles
7 651 vols ont été recensés en France dans les exploitations agricoles en un an par les services de gendarmerie. Le nombre de…
"Nous allons passer ce cap difficile, développer notre stratégie, accompagner l'agriculture"
Quelques jours après une grève des salariés qui a marqué les esprits, et à quelques jours des sessions chambre départementales,…
Publicité