Aller au contenu principal

Semis de couvert avant moisson : des résultats concluants

Au milieu des phacélies en fleurs, les membres du groupe de pilotage agricole du bassin versant de l’Arguenon, "très satisfaits", ont présenté les essais de semis de couverts avant moisson réalisés sur parcelle entière.

De gauche à droite : Dans la phacélie semée avant moisson, Yves-Marie Devrand (Ets Devrand) ; Guy Corbel, agriculteur à Trémeur et membre du groupe de pilotage du bassin versant de l’Arguenon ; Didier Devrand (Ets Devrand).
De gauche à droite : Dans la phacélie semée avant moisson, Yves-Marie Devrand (Ets Devrand) ; Guy Corbel, agriculteur à Trémeur et membre du groupe de pilotage du bassin versant de l’Arguenon ; Didier Devrand (Ets Devrand).
© CA22

Pour l'agriculteur Guy Corbel, décaler une partie des semis de couverts avant les moissons est intéressant à plus d'un titre. "Trouver une technique de semis des couverts permet de gagner du temps ; d'étaler la grosse charge de travail de fin août-début septembre ; de diminuer le coût d’implantation des couverts et de protéger aussi les sols en apportant plus tôt de la matière organique grâce à une production de biomasse plus importante", liste-t-il.
En 2016, le groupe d’agriculteurs a souhaité construire un prototype pour semer des parcelles entières. Pour la première fois, une dizaine d’hectares de phacélie ont été semés sous orges chez trois agriculteurs du bassin versant de l’Arguenon, dont le 24 juin  lors des portes ouvertes Innov’action chez Alain Tiengou à Trédias.


Quatre années de tests
Trois ans auparavant, la chambre d’agriculture a mené avec une dizaine d’agriculteurs de l’Est des Côtes d'Armor (groupe Maxi Couv’), de nombreux tests dans des micro parcelles (118), permettant de construire un itinéraire de semis favorable. "Les graines semées à la volée s’humidifient grâce à l’humidité résiduelle sous la céréale puis si la moisson intervient rapidement, le couvert va pouvoir se développer grâce aux températures et ensoleillement importants des mois de juillet et août.Par compte, cette technique est à réserver aux parcelles propre le jour de la moisson", ajoute David Bouvier, conseiller agronomie à la chambre d’agriculture.

Un prototype conçu par les entreprises Devrand
L'entreprise Devrand à Trédias offre depuis plusieurs années des solutions pour semer rapidement les couverts végétaux (combiné de semis avec outils à dents frontal) :à la demande du groupe de pilotage elle s'est attelée à l'élaboration d'un prototype. "Nous avons élaboré avec les membres du groupe une rampe sur laquelle sont montés deux semoirs Delimbe. Cette rampe avec repliage hydraulique permet de semer en passant dans les passages du pulvérisateur jusqu’à 24 m", détaille Didier Devrand. Et pour éviter d’abîmer la céréale sous le tracteur,"nous avons ajouté une bâche qui permet aux épis de glisser sans se casser", ajoute Guy Corbel.
Des résultats très satisfaisants
Malgré la sécheresse, les phacélie semées avant moissons ont profité de l’humidité résiduelle sous orges et se sont développées. Elles sont aujourd’hui en fleur. Les semis de crucifère et de phacélie juste avant la moisson (2-3 jours) ont été plus concluants sous orges que sous blé. Pour le groupe de pilotage, les résultats sont encourageants. "Les levées sont souvent irrégulières et un réglage plus fin des semoirs est à prévoir mais le résultat est très satisfaisant si l’on compare aux semis classiques après moissons qui sont à peine levés", conclut David Bouvier.

"Des résultats inattendus", David Bouvier (chambre 22)

"En semant plus tôt, nous avons une floraison précoce qui profite pleinement à la biodiversité notamment aux abeilles et papillons à moment stratégique (juste avant l’hiver).
En l’absence de travail du sol pour semer le couvert, la parcelle sera plus portante en sortie hiver. Cette amélioration permettra d’apporter les fumiers avant maïs et de détruire les couverts plus tôt.
Enfin, nous avons calculé une économie de 2 700 € dont 40 h de main d’œuvre pour 40 ha de couverts semés".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
Publicité