Aller au contenu principal

S'engager pour assurer sa compétitivité

La FDSEA a lancé ses assemblées cantonales. L'objectif : faire le point sur les filières et coordonner les actions syndicales.

De gauche à droite : Hervé Pillaud, éleveur bovin et président de Vendée réseaux sociaux, et Serge Le Doaré, président de l'union cantonale FDSEA de Quimper.
De gauche à droite : Hervé Pillaud, éleveur bovin et président de Vendée réseaux sociaux, et Serge Le Doaré, président de l'union cantonale FDSEA de Quimper.
© Hélène Bonneau

Trente-cinq réunions sont organisées à travers le département, dont une à Pluguffan, direction l'aéroport. Serge Le Doaré, président de l'union cantonale, aborde le très controversé dossier des contrats laitiers vendus sur "le bon coin". "Au-delà des problèmes juridiques que ces ventes soulèvent, c'est le problème des prix différenciés A, B et C qui se pose", explique l'élu départemental, présent également au bureau de la FNPL. La filière porc est également au coeur des préoccupations. "Si le prix plancher de 1,40 euro de cet été s'est révélé bénéfique pour les exploitations, il faut aujourd'hui recoller à la réalité. Nous avons besoin d'une stratégie de l'Etat, un soutien, une ambition pour l'agriculture", plaide la quinzaine d'éleveurs présents.

Le numérique : un outil à s'approprier

Dans un contexte économique tendu, le conseil d'administration de la FDSEA 29 a souhaité faire intervenir des invités sur des thématiques qui ouvrent sur des perspectives positives. Hervé Pillaud, éleveur bovin et président de Vendée réseaux sociaux, s'est exprimé sur le numérique et sur la nécessité pour les agriculteurs de s'emparer de cette technologie. Et d'expliquer que "le numérique n'est pas une affaire de technologie mais un changement anthropologique". Un changement qu'il qualifie de "révolution qui peut permettre aux agriculteurs -s'ils s'en emparent- d'augmenter leurs performances, de diminuer la pénibilité au travail, de faciliter les échanges et d'assurer un revenu décent". Un programme réjouissant donc mais qui nécessite une implication à long terme. Hervé Pillaud propose "un partage des données à grande échelle et la création d'algorithmes permettant de les analyser".

Réseaux sociaux : le Finistère en tête

Depuis 2006, le conseil d'administration de la FDSEA mise sur l'émergence de l'information numérique avec la création d'un site Internet. Précurseurs, dans le milieu agricole, les élus se sont aussi impliqués sur Twitter, véritable plate-forme d'influence (2012) et sur Facebook (2015) avec la volonté de diffuser leurs idées, de créer du lien entre agriculture et société. Une ouverture d'esprit qui est aujourd'hui devenue une marque de fabrique.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons
Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Publicité