Aller au contenu principal

S'enrichir à travers les groupes

A 28 ans, Mickaël Tremaudant va bientôt boucler sa première année d'installation en production laitière à Saint Pierre de Plesguen. Impliqué depuis le départ dans un groupe lait animé par la chambre d'agriculture, il témoigne sur l'intérêt de ces démarches collectives.

Mickaël s'est installé sur l'exploitation familiale au départ en retraite de son papa.
Mickaël s'est installé sur l'exploitation familiale au départ en retraite de son papa.
© A.M

"Ici, avant, ma maman distribuait le correcteur azoté à la brouette, ce qui demandait quatre tours. Un jour, alors que j'étais à une réunion avec mon groupe lait, un autre agriculteur m'a dit mais pourquoi tu ne le mets pas directement dans la désileuse ? Et effectivement, non seulement ça a soulagé ma maman mais, en plus, le correcteur est bien mélangé". Ce n'est pas un exemple qui a révolutionné l'exploitation mais qui montre bien aussi le genre de petits détails que les groupes peuvent apporter. Mickaël, lui, a rejoint celui de Combourg-Tinténiac alors qu'il préparait son installation lors du 3P. "J'avais envie d'enrichir mes connaissances, je voulais voir comment ça se passait au sein d'un groupe et, finalement, je suis resté", se souvient le jeune éleveur. Comme lui, ils sont une douzaine à partager des formations sur la trésorerie, les techniques culturales, l'autonomie fourragère... Le programme étant établi pour une année. Le groupe compte aussi bien de jeunes agriculteurs que des anciens, des petites et des grandes exploitations, des conduites et des systèmes différents. "C'est intéressant d'avoir un regard différent sur son exploitation. Il y a des choses que l'on peut reprendre les uns des autres en fonction des circonstances", témoigne Mickaël. Et d'ajouter : "Avec nos résultats économiques, on peut se comparer, faire une analyse point par point et voir ce qui peut être amélioré".

 

Dix ans en mécanique agricole

Mickaël s'est installé en janvier 2016, après dix ans passés dans la mécanique agricole. L'exploitation familiale appartenait aux grands parents paternel. Avant que le père de Mickaël ne la reprenne dans les années 80, lui même rejoint par son épouse. En 2006, ils passent en EARL et reprennent une trentaine d'hectares. Dix ans plus tard, le papa cède donc la place à son fils. Le troupeau compte aujourd'hui 75 vaches pour une production de 600 000 litres, livrés à la laiterie Malo. Le troupeau est composé de Prim'Holstein, de Montbéliardes, de Normandes et de Brunes. "On cherche à valoriser les taux", explique Mickaël. Le bâtiment étant arrivé à saturation, un nouveau bâtiment est en cours de construction. De quoi bien occuper Mickaël, même si cet emploi du temps bien chargé ne l'empêchera pas de participer aux activités de son groupe lait. "Et d'ailleurs, si des agriculteurs du secteur souhaitent nous rejoindre, qu'ils n'hésitent pas à contacter la chambre d'agriculture", invite le jeune éleveur.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité