Aller au contenu principal

Séparateur de phase en Cuma, pourquoi pas!

Un troupeau laitier qui augmente, un stockage des effluents en fosse qui arrive à saturation...et des périodes d'épandage qui se réduisent, ce cas de figure est de plus en plus partagé dans les exploitations. La solution collective pour les lisiers pourrait s'imaginer avec séparateur de phase en cuma. Idée et démonstrations lancées.

 

De 80 vaches actuellement, "le troupeau va s'agrandir, je vais saturer mon bâtiment mettre deux robots de traite. Ma fosse sous caillebotis fait 600 m3. Le lisier y est brassé. Je réfléchis de mon coté à des solutions mais ça coince par rapport au volume de la fosse. Il y a des tas de contraintes", reconnaît Jean-Pierre qui accueille, en ce 19 mars, l'une des deux démonstrations de séparateur de phase que la FD Cuma a organisé, la semaine passée, à Nivillac et Ploeren. "La problématique est la même dans beaucoup d'exploitations laitières qui se préparent à l'après quotas et qui ont augmenté leur cheptel. Elles se retrouvent en limite de capacité de stockage. Il faut soit créer une nouvelle fosse, soit séparer les phases et gagner de la place", dépeint Christopher Brachet de la FDCuma 56. "Les responsables de Cuma s’interrogent sur ce sujet en essayant de trouver des solutions intéressantes et fédératives pour entretenir la dynamique cumiste. D'où l'idée du séparateur de phase mobile, se déplaçant entre adhérents de Cuma et pouvant traiter du volume", enchaîne le technicien. "Il n'y a pas encore d'exemple en Bretagne, on amorce le sujet".

 

Réduire les volumes stockés

Posé sur une remorque, le séparateur de phase est entré en action. Éliminé à l'avant sur le godet du tracteur, l'extrudât, débarrassé de toute odeur, s'entasse quand, à l'arrière, la partie liquide du lisier retourne à la fosse. "Attention c'est un outil de séparation de phase, pour réduire les volumes en cas d'augmentation du cheptel sans toucher à la structure de l'exploitation. Ce n'est pas un outil de traitement ", détaille Bruno Castel de la société Kerboas, concessionnaire des marques Bauer et Börger. Suivant la nature des effluents et leur brassage, le volume traité peut aller de 25 m3/h pour les plus liquides, à 5 m3/h pour les plus pailleux. "Pour une fosse de 1000 m3 avec 10 à 30 vaches de plus, avec le séparateur de phase vous récupérez 300 m3 de disponibilité", relève le représentant, "pour un coût qui varie en poste mobile de 60 000 à 120 000 euros".

Claire Le Clève

 

 

 

 

 

 

Séparateur de phase

Le principe est simple, installé sur une remorque, facilement tractable, le séparateur de phase pompe dans la fosse le lisier qui passe entre vis sans fin et tamis. La partie solide est alors séparée de la partie liquide. La phase liquide, débarrassée de débris, repart à la fosse ou peut être redirigée dans une tonne où elle est facilement épandable avec rampe à pendillards. La phase solide peut être stockée en fumière ou remorquée au champ.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
Publicité