Aller au contenu principal

Signature d'une convention entre Groupama et GDS Bretagne

Une convention régionale permet la prise en charge des pertes en élevage bovin, liées au botulisme et à la salmonellose.

Les partenaires du GDS Bretagne et de Groupama Bretagne signent une convention.
Les partenaires du GDS Bretagne et de Groupama Bretagne signent une convention.
© Terra

Une convention a été signée entre Groupama Bretagne et GDS Bretagne dans le cadre de l'harmonisation de l'indemnisation des élevages bovins touchés par le botulisme et la salmonellose. Avec la régionalisation des services du GDS, "nous élargissons la convention", indique Jean-François Tréguier, président de GDS Bretagne. La convention existait officiellement depuis 2011 en Côtes d'Armor. L'indemnisation des élevages consiste en une prise en charge commune de la valeur de remplacement du cheptel, moitié par le GDS Bretagne, moitié par l'assureur, avec abondon de la franchise "mortalité". L'application est effective au 1er janvier 2016, avec effet rétroactif. L'assureur peut intervenir quant à lui sur d'autres volets de garanties, notamment l'assurance des pertes indirectes.

Botulisme : des cas de plus en plus lourds

S'agissant de la salmonellose, les cas sont plutôt en réduction. En élevage bovin, le problème se règle par la prévention et l'hygiène, indique le GDS. "Nous parvenons à le maîtriser dans la filière bovine. En élevage en hors-sol, c'est plus compliqué", décrit Patrick Le Provost, directeur de GDS Bretagne. Le cas du botulisme, par contre, est lui plus préoccupant car les dossiers traités sont de plus en plus lourds, avec un risque de contamination rapide du troupeau . "Nous sommes sur un cas de 45 vaches laitières mortes en 3 à 4 jours", décrit le responsable. "Le botulisme est une vraie préoccupation en lien avec l'augmentation du nombre d'animaux par exploitation", alerte Patrick Le Provost. "En pleine restructuration laitière, je crains que cette infection survienne de façon régulière". En cas de suspicion, le GDS mène une enquête épidemiologique avec autopsie et analyses. Le botulisme est lié à l'ingestion par le bovin d'une toxine secrétée par Clostridium botulinum. La contamination de ruminants se fait la plupart du temps par le biais des aliments (silo, pâture..), contaminés par des cadavres de volailles, d'oiseaux ou de petits animaux (rongeurs, autres,...). Dix à quinze cas par an sont signalés.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Albane et Sébastien ont ce "goût à traire"
"Que les jeunes n’aient pas peur de s’installer, c’est prenant mais il y a plein d’avantages !". Albane Le Gal et Sébastien…
Nouvelle convention collective nationale pour l’agriculture en 2021
À partir du 1er avril 2021, une convention collective nationale couvrant toutes les entreprises et les salariés de la production…
Son foncier permet une installation et restructure deux exploitations
Producteur de lait à Poullan sur Mer (29), Jean-Claude Péron, 57 ans, souhaitait lever le pied. Après réflexion, il décide de…
Former 150 jeunes chaque année
Le groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son centre de formation va ouvrir cette année. 150 jeunes y seraient formés…
Demain 10 000 ha de Leggo !
Dans le cadre de l'ambition française de développement de l'autonomie protéique, le grand ouest se fixe pour objectif de répondre…
Agriculture : bienvenue en 2030 !
L’année 2021, débute. Après une année particulière, qui aura marqué les esprits, mais aussi un tournant dans le monde agricole et…
Publicité