Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

S'inspirer de l'économie allemande

La vigueur de l'économie allemande est souvent citée en exemple. La caisse de Crédit agricole Haute-Bretagne, dédiée aux entreprises, a souhaité mieux la connaitre pour en tirer des enseignements.

De gauche à droite, Nadine Schmitt, de Crédit agricole SA ; Jacques Royer, du groupe Royer ; Dougal Bendjaballah, de la société Mémométal ; Eric Terré, de la société Savena.
De gauche à droite, Nadine Schmitt, de Crédit agricole SA ; Jacques Royer, du groupe Royer ; Dougal Bendjaballah, de la société Mémométal ; Eric Terré, de la société Savena.
© Cécile Julien

L'Allemagne, 4e puissance économique mondiale, est une véritable locomotive pour la zone euro. C'est aussi le 1er fournisseur de la Bretagne et son deuxième client. Lundi 21 mars, la caisse du Crédit agricole de Haute-Bretagne s'est penchée sur l'économie d'outre-Rhin et les opportunités qu'elle représente pour les entreprises bretonnes. Si les industries allemandes sont performantes, c'est le fruit d'une longue période d'efforts budgétaires, d'abord pour digérer la réunification puis pour entrer dans la zone euro. Les entreprises se sont regroupées, ont amélioré leur rentabilité. Les conditions de travail sont plus flexibles. Ainsi, il n'y a pas de salaire minimum. Si la crise économique n'a pas épargné l'Allemagne, une industrie forte et une politique d'exportation ont permis une reprise importante.

Dans l'agro-alimentaire aussi, l'Allemagne a beaucoup progressé. Entre 2000 et 2010, son solde commercial est passé d'un déficit de 10 milliards à un excédent de 3. "C'est un paquebot qui a mis 20 ans à se développer mais maintenant, il va être difficile à arrêter", constate Philippe Rouault, délégué interministériel à l'agro-alimentaire. Ainsi, l'Allemagne se montre très conquérante sur les marchés à l'export de viande porcine, de lait de consommation. Ses producteurs disposent d'avantages, comme un régime de TVA forfaitaire avantageux, de moindres contraintes environnementales, du bénéfice de la vente d'énergies vertes. De leur côté, les entreprises agro-alimentaires ont su se regrouper et profiter d'un faible coût de la main d'œuvre.

 

Qualité et rigueur

Pour arriver à s'implanter en Outre-Rhin, les entreprises bretonnes doivent penser à l'allemande. "Il faut intégrer la rigueur, le respect des délais et surtout avoir des collaborateurs qui parlent allemand, témoigne Dougal Bendjaballah, PDG de Mémométal, entreprise de prothèses orthopédiques. Si vous faites vos preuves par une technologie, des produits haut de gamme, les relations s'établiront à long terme". De même dans le secteur alimentaire, qualité et régularité sont la clé. Reste que pour les PME bretonnes, la marche peut être haute face aux grandes entreprises allemandes. "Nous sommes le numéro 2 européen sur notre marché de la chaussure, le premier est une entreprise allemande. Elle est trois fois plus grosse que nous", constate Jacques Royer, du groupe du même nom. Nous avons pourtant réussi à faire de l'Allemagne notre principal client à l'export".

Pour accompagner les entreprises dans leurs envies d'export, les banques et des structures comme Bretagne international guident leurs premiers pas à l'export, en les accompagnant dans des études de marché, sur des salons professionnels, dont les plus importants sont en Allemagne.

L'Allemagne a toujours eu une volonté d'exportation. Pour les entreprises françaises qui s'y implantent, l'Allemagne peut devenir une tête de pont pour exporter vers l'Europe de l'Est et du Nord. "Depuis notre filiale allemande, nous exportons vers le Danemark, la Pologne. Pour ces pays, si une entreprise a fait ses preuves en Allemagne, c'est qu'elle est bonne", relate Eric Terré, de Savena. Les entreprises bretonnes ont donc tout à gagner à oser franchir le Rhin.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
Dans l’Orne, une nouvelle attaque d’élevage suscite la colère de la profession agricole

Un incendie criminel a ravagé trois bâtiments d’un élevage de poulets de l’Orne, dans la nuit du 16 au 17 septembre. Si l’…

Vignette
Ressources humaines : un volet à cultiver avec soin !
La main d'oeuvre disponible sur le marché de l'emploi se fait rare. Un constat que partagent agriculteurs et services de…
Vignette
L'agriculture de conservation des sols, une troisième voie ?
Alors que le rapport spécial du Giec publié début août réaffirme l'étroite relation entre agriculture, état des sols, sécurité…
Vignette
Pas de glyphosate détectable dans leurs urines
Tous sont utilisateurs de glyphosate. En réponse aux pisseurs volontaires, vingt agriculteurs de la FDSEA du Morbihan ont fait…
Vignette
L'enjeu environnemental et climatique au cœur du Space 2019
La 33e édition du Space, qui se clôture ce vendredi a été fidèle à ses fondamentaux. Le salon est bien le temps fort…
Vignette
Chauffer un poulailler par géothermie pour économiser des euros et des kg de CO2
Si l’ambiance des poulaillers les plus récents est bien maîtrisée même en période de forte chaleur, l’alimentation des volailles…
Publicité