Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Smart Agri : le boum des solutions numériques

La 4e édition de Smart agri s'est déroulée le 30 janvier dans les Côtes d'Armor, organisée par le Technopole Anticipa, BDI-Agretic et le Lycée Pommerit. Une journée dédiée aux professionnels à l'affût de solutions nouvelles, capables de faciliter les productions animales et végétales. Extrait de quelques une des solutions numériques présentées.

Aptimiz a mis au point un système de mesure du temps de travail quotidien de l'agriculteur afin de le mesurer, l'analyser et l'optimiser.

Smart Agri permet la rencontre de deux mondes, celui qui parle "agriculture" et celui qui parle "numérique". L'un et l'autre sont liés et cette journée de découverte d'une dizaine de start-up, développant des briques technologiques autour de l'agriculture, est un moyen de mieux se comprendre et d'apprivoiser le language de l'autre. Cette 4e édition, sur le thème "Objets connectés et valorisation des données agricoles" avec ses courtes présentations de solutions numériques, aide à nouer des contacts entre acteurs de l'agriculture et la matière grise des start-up, à l'affût de nouveaux services à proposer. Et cela va très vite du côté de l'intelligence artificielle.

 

Smart Agri 

Une gestion fine de sa productivité horaire

Aptimiz a mis au point un système de mesure du temps de travail quotidien de l'agriculteur afin de le mesurer, l'analyser et l'optimiser. Armand Sachot, co-fondateur de la société d'Aptimiz, ingénieur agricole et fils d'agriculteur, en a présenté le principe. Le matin, avant de travailler, l'agriculteur lance l'application à partir de son smartphone et l'éteint le soir, après sa journée. Grâce à un système de géolocalisation, le temps passé dans la parcelle de blé, la stabulation, le bureau ou encore le champ du voisin... est mesuré en continu. "Tout est automatique, sans saisie et peut fonctionner hors ligne", complète Arnaud Sachet. La précision du système est de un mètre en extérieur et 5 mètres à l'intérieur. La manœuvre consiste à calculer la rentabilité horaire d'un atelier afin de décider des choix stratégiques à partir d'informations précises. Faut-il conserver tel atelier, jugé non rentable ? À quel seuil de rentabilité faut-il déclencher la vente des céréales ? Comme cet éleveur de 25 vaches limousines qui souhaite stopper son atelier allaitant, chronophage, à l'astreinte hivernale forte. Au final, la rentabilité horaire calculée se montre intéressante. "Aptimiz a dévoilé une surestimation du temps de travail due à la pénibilité des tâches. L'agriculteur a donc décidé de faire appel à un groupement d'employeurs pour gérer ponctuellement les coups de bourre et il a conservé son atelier". Cette application, proposé à un prix de 300 € à l'année (+50 € par utilisateur) est conseillée sur un cycle d'un an. Elle a d'ailleurs obtenu un Innov'Space en 2019.

 

Des applications pas si "bêtes"

 

Smart Agri 

Dans le monde des productions animales et végétales, des services existent ou sont en passe d'arriver.
Chez Adventiel, on fabrique des modèles d'intelligence artificielle pour la santé animale. "On entraîne le modèle avec nos données", indique Victoria Potdevin, analyste fonctionnelle et data. Et plus il y a de données, plus le modèle est intelligent et fiable. Parmi les innovations, le Sneezyprotect, capable de coupler la reconnaissance sonore à la reconnaissance visuelle. En croisant la température, l'image et le son dans un bâtiment porc, il sera possible de déclencher l'appel au vétérinaire par exemple. 
En phase de déploiement, à noter également le Chronopature, un outil de traçabilité des temps de pâturage (utile aux laiteries notamment) ou Hubixeo, la plateforme de robots conversationnels, capable de prévenir l'équarisseur sur une simple phrase de l'éleveur écrite ou vocale ou la coopérative pour l'engrais... 
Quant à TMS Studio, la société propose à l'agriculteur d'enfiler une combinaison bourrée de capteurs, logée sous sa cote de travail. Ici, on analyse les mouvements pour savoir s'ils sont normaux ou préjudiciables afin de lutter contre les troubles musculo squelettiques, mal de dos, tendinites... Les gestes qui apparaissent en orange à l'écran signifient qu'il faut revoir sa position ou adapter le matériel de manière plus ergonomique.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Dégâts de choucas : une nouvelle organisation dans les Côtes d’Armor
La population de cette espèce protégée augmente inexorablement depuis plus de dix ans dans le département. En 2019, la profession…
La filière méthanisation  sur une ligne de crête difficile
Plus de 1 300 unités de méthanisation seraient en projet, pour 900 actuellement en fonctionnement, selon le ministère de la…
À Pleyber-Christ (29), Une salle de traite qui limite les contraintes
âgés de 50 ans, Gisèle et Bruno Kérébel ont profité du changement de leur salle de traite pour imaginer une installation qui leur…
Le Gaec des Chênes préfère  une gestion durable de ses haies
Avec un linéaire de dix-neuf kilomètres de haies, le bien-nommé Gaec des Chênes, à Plougonven (29) a mis en place, il y a des…
L'embauche de réfugiés : une expérience en cours en Centre Bretagne
Face à la pénurie de main d'œuvre dans les élevages de Centre Bretagne, des élus ont décidé, en fin d'année dernière, de lancer…
ASAP : nous ne serons pas les dindons de cette farce !

Acte 1 : début 2019, le Grand Débat National offre la possibilité aux citoyens d’exprimer leurs attentes en matière de…

Publicité