Aller au contenu principal

Solutis présentée à ses nouveaux adhérents

Réunis par l'association Solutis-emploi, ils étaient une dizaine de nouveaux adhérents à s'imprégner du fonctionnement de la structure, jeudi dernier. Une journée nourrie d'échanges et d'informations sur une activité d'emploi à temps partagé, entre groupes. Elle monte en puissance.

Une journée d’échanges nourris sur le vécu et ressenti de chacun, les questionnements, les soulagements et les points de vigilance.
Une journée d’échanges nourris sur le vécu et ressenti de chacun, les questionnements, les soulagements et les points de vigilance.
© Claire Le Clève

"C'est un soulagement", ne cache pas Brigitte, installée en production laitière. Elle témoignera de ce qu'elle vit depuis le recours, il y a six mois et en temps partagé, à un salarié à mi-temps avec Solutis-emploi "pour la gestion des vacances et des week-ends entre autres...". Il est mis à disposition sur son exploitation par l'association. Une situation qui contraste fortement avec sa précédente expérience. "J'avais embauché par moi-même un salarié. Quand il faut gérer toutes ces formalités, toute cette paperasse, cette veille sociale...", dépeint-elle sur une expérience qui n'aura pas fait long feu. Car nul n'est sensé ignorer la loi. C'est tout l'intérêt d'avoir recours à la structure qui se développe enregistrant en 2016 plus de 57 000 heures chez 110 adhérents, soit 7 170 jours d'activité avec 35 salariés équivalents pleins temps. Pour y faire face, en lien avec le vivier d'emplois du Sérémor, l'association a employé en 2017, 48 salariés pour venir en appui à 156 adhérents. "Le salarié est en contrat de travail avec Solutis, c'est nous qui gérons les aspects d'entretien d'embauche, de déclarations, de paie et on met à disposition un salarié via un contrat avec vous", résume David Gabard, de Solutis Emploi. "L'idée, c'est de vous délester de ces tracas quotidien. Employer, c'est un métier".

Rôles de chacun

Brigitte, Eric, Pascal, Daniel et Jean-François... Ils sont une dizaine à avoir répondu présents à l'invitation de la structure d'emploi à temps partagé, à cette journée "nouveaux adhérents". Et l'échange est nourri sur le vécu et ressenti des uns et des autres, les questionnements aussi et les soulagements. "C'est intéressant de rappeler le rôle de chacun au quotidien avec le salarié, en termes de suivi, de réglementation, comment intégrer le salarié dans l'exploitation avec un focus plus particulier sur la sécurité", détaille Xavier Raffray, aux manettes de l'échange avec David Gabard. Une révision des rôles de chacun dans un contexte "où de plus en plus de personnes recrutées pour être mises à disposition ne sont pas issues du milieu agricole. Nous sommes là aussi pour les former et les accompagner, être aussi force de médiation", rappellent les encadrants de Solutis-emploi, pointant aussi la fonction de ressources humaines assumée par l'association, primordiale.

Claire Le Clève

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
Publicité