Aller au contenu principal

Le centenaire du Lycée La Touche (56)
S'ouvre sur l'évolution sanitaire

Parce que le sanitaire impacte fortement l'économie des exploitations agricoles, le Lycée la Touche en a fait le tout premier sujet de son cycle de conférences pour célébrer son centenaire, le 20 avril dernier. Sujet passionnant et qualité des intervenants n'ont pas suffit à mobiliser le public.

A la tribune, Hervé Vasseur de la CECAB, A Mahé, représentant des consommateurs, Jacques Martin du GTV, André Briend du GDS et Stéphane Buron de la DSV
A la tribune, Hervé Vasseur de la CECAB, A Mahé, représentant des consommateurs, Jacques Martin du GTV, André Briend du GDS et Stéphane Buron de la DSV
© claire Le Clève

 

Regrettable pourrait-on penser à en juger par l'impact de l'élément sanitaire sur les résultats économiques des exploitations. "Une donnée valable de tout temps", s'est plu à rappeler André Briend, président du GDS proposant la projection du film réalisé en 2003, à l'occasion du cinquantenaire du GDS, pour rappeler l'origine de la formation de ces groupes, et celle de son engagement. "Quand en deux ans sur le même village proche de Lanouée où je vivais, dans les années 70, quatre exploitations ont vu six renouvellements complets de cheptels pour cause de fièvre aphteuse, ça posait de gros problèmes financiers et psychologiques dans les exploitations", raconte t-il. Ne plus subir, se prémunir et éradiquer collectivement, c'est bien pour ces raisons que les premiers groupes de défense sanitaire ont vu le jour. Un constat valable également à l'échelle de la France qui a fait de son agriculture, l'assurance de sa souveraineté alimentaire doublée d'un fer de lance économique et pour ce faire, mis en place des politiques sanitaires avec des vétérinaires répartis sur tous le territoire et une administration dédiée. "Rappelez vous, l'épisode de fièvre aphteuse que la Grande Bretagne a connu avec ses 2000 foyers lui a coûté l'équivalent de plus de 7,5 milliards d'euros, c'est une maladie économique", martèle Stéphane Buron, directeur de la DSV du Morbihan retraçant l'histoire de la politique sanitaire.

 

Economique, santé publique, protectionnisme

Et si la raison économique prime, la dimension de santé publique a pris désormais le pas. L'épisode de la tuberculose bovine transmissible à l'homme a donné lieu a la pasteurisation obligatoire du lait pour l'en protéger jusqu'à l'éradication totale des troupeaux infectés. Enjeu économique, enjeu de santé humaine, enjeu de protectionnisme, le sanitaire est aujourd'hui devenu "un enjeu social car la perception du consommateur a changé depuis la crise dite de la vache folle", relève Stéphane Buron. "Au final, c'est un petit problème de santé humaine en France, avec 6 décès mais nous avons vécu le pire, sans la moindre info sur cette maladie qui pouvait passer à l'homme". Un scénario catastrophe, mal géré en matière de communication et c'est bien là le dernier enjeu du sanitaire qui sans réelle assise peut avoir des conséquences colossales sur les élevages. Le chapitre grippe aviaire en a laissé de lourdes conséquences, celui actuel de la FCO est là encore pour le démontrer.

 

Claire Le Clève

 

A la tribune, Hervé Vasseur de la CECAB, A Mahé, représentant des consommateurs, Jacques Martin du GTV, André Briend du GDS et Stéphane Buron de la DSV

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité