Aller au contenu principal

Sur le terrain, les producteurs restent mobilisés

Jeudi 10 mars, les producteurs de porcs d'Ille-et-Vilaine ont rappelé aux grandes surfaces rennaises leur attente de voir plus de produits VPF dans les rayons.
Jeudi 10 mars, les producteurs de porcs d'Ille-et-Vilaine ont rappelé aux grandes surfaces rennaises leur attente de voir plus de produits VPF dans les rayons.
© terra

Quel va être la conséquence à long terme de cet engagement de Carrefour ? Les autres enseignes suivront-elles ? Quoi qu'il en soit Carrefour, par cette initiative, va certainement contribuer à réduire la pression, du moins sur son enseigne. Tel fut le cas en effet samedi dernier, dans les Côtes d'Armor, où la cible des manifestants fut, finalement, le Géant de Saint-Brieuc. Une vingtaine de producteurs de porcs étaient présents de 10h30 à 15h30 pour bloquer l'accès au parking, mais, contrairement au samedi précédent au centre Leclerc de Lannion, le magasin n'a pas fermé ses portes et un faible nombre de clients a pu accéder à pied au magasin.Dans le Finistère, une vingtaine de producteurs se sont retrouvés à Landivisiau, samedi, à 11h. Après un rapide point presse devant la mairie, ils se sont rendus au Super U, dont ils ont bloqué les entrées avec des caddies jusqu'à 13h30. "Le directeur est venu à notre rencontre, relate André Guénneuguès, membre du bureau de la section porc de la FDSEA. Nous lui avons rappelé que, quelle que soit la provenance de la viande de porc, nous souhaitions qu'elle soit clairement indiquée sur les emballages". Le groupe a ensuite pris la direction de Lidl. "Une fois remplis les caddies avec tous les produits où ne figurait aucune indication de provenance, il ne restait presque plus rien dans le rayon. Impressionnant !". Au Leclerc, seuls quelques produits Madrange et Herta ont été retirés des rayons, les autres marques portant l'indication de provenance. "Au-delà du logo VPF, viande de porc française, nous demandons à ce que la mention d'origine figure sur tous les produits, indique André Guénneuguès. Ce qui donnera au consommateur la possibilité de faire son choix en toute connaissance de cause. Et nous permettra de communiquer". Face à un prix qui reste loin de couvrir le coût de production, la colère des producteurs de porcs d'Ille-et-Vilaine ne faiblit pas, non plus. Dans leur collimateur, les importations et les distributeurs qui ne jouent pas le jeu de VPF. Jeudi 10 mars, ils se sont rendus dans deux grandes surfaces de la région rennaise. Leur but ? Identifier les produits à l'origine inconnue, dont les codes barres ont été masqués pour les rendre impossible à vendre. "Nous exigeons que toute la viande de porc soit tracée, explique François Valy, responsable de la section porcine FRSEA. Nous exigeons des GMS qu'elles mettent en avant les produits VPF". Si elles ne le font pas, les producteurs préviennent qu'ils s'en prendront à ce qui fait mal, leur chiffre d'affaires. "En bloquant les accès un samedi par exemple". L'avertissement est lancé.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité