Aller au contenu principal

Syndicats charolais : la régionalisation en marche

Les adhérents des syndicats départementaux de la race charolaise sont appelés à se prononcer sur la régionalisation. Trois syndicats sont favorables. Les discussions pour pérenniser le syndicat d'éleveurs débutent. L'heure est à l'ouverture.

Les présidents des structures locales et régionales : Albert Gourmelen (29), Edmond Lévêque (35), Rémy Divouron (22), Pierre-Jean Collin (président du syndicat Charolais Bretagne), Alain Burlot (secrétaire) et Gérard Hercouët (56).
Les présidents des structures locales et régionales : Albert Gourmelen (29), Edmond Lévêque (35), Rémy Divouron (22), Pierre-Jean Collin (président du syndicat Charolais Bretagne), Alain Burlot (secrétaire) et Gérard Hercouët (56).
© terra
Alors que le nombre d'adhérents est en baisse, que la moyenne d'âge augmente et que les syndicats départementaux connaissent un essoufflement, la question de la régionalisation est sur le tapis. Du côté des effectifs, le nombre de vaches allaitantes charolaises a diminué de 12% entre 2002 et 2011 en Bretagne, alors que la baisse globale, toutes races confondues, atteint 7%. Lors de l'assemblée générale du syndicat régional de la race charolaise, les responsables et les adhérents se sont penchés sur le devenir de leurs syndicats. "Il faut se poser la question sérieusement dans les mois à venir et avancer sur le sujet", résume Rémy Divouron du syndicat des Côtes d'Armor. Sur les 4 syndicats bretons, 3 sont favorables à un regroupement. Avec plus d'une vingtaine d'adhérents, l'Ille-et-Vilaine se démarque. Mais les discussions ne font que commencer. Une prochaine réunion aura lieu fin août. Elle sera ouverte à tous les éleveurs de la race. Cette volonté de régionalisation, c'est l'occasion de relancer une dynamique. Et si le syndicat de la race prenait soin de ne pas mettre en avant uniquement la sélection et les concours. "Il serait intéressant d'attirer des gens qui ne sont pas "concours", partagent quelques uns dont Olivier Le Moign.  Conscients de la nécessité d'évoluer et d'élargir les activités, les éleveurs bretons se sont intéressés à l'expérience du syndicat charolais de la Sarthe. "Le syndicat a passé un accord de partenariat avec le groupement Agrial pour placer des  reproducteurs. L'éleveur fait la facture. Pour la mise en relation et le transport, le groupement prend environ 100 €", détaille Pascal Langevin, président du syndicat, citant en exemple un des rôles du syndicat. Le syndicat avec ses 65 adhérents accompagne aussi la promotion en magasin.
Reste aux bretons à jouer collectivement et à construire un syndicat qui attirent les éleveurs et les futurs éleveurs de charolais. Le Space, où la charolaise sera à l'honneur avec 90 animaux, sera peut-être l'occasion d'avancer sur le sujet. "Il faut toujours être présent en qualité et nombre dans les concours pour attirer ceux qui souhaitent démarrer en troupeau allaitant", rappelle Pierre-Jean Collin, président du syndicat régional.    
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Publicité