Aller au contenu principal

Syproporcs : le groupement "indépendant" fait du chemin

Le groupement qui pesait 350 000 porcs en 2007, dont 38% produits en Côtes d'Armor et 34% en Ille-et-Vilaine, a connu, selon son nouveau directeur Daniel Bellec, une progression remarquable ces derniers mois, passant de 6 000, à près de 10 000 porcs par semaine.

Doté d'une longue expérience dans le secteur porcin, Daniel Bellec (à droite) a pris la direction de Syproporcs il y a à peine deux mois. Ici au côté de son président, Hervé Gaté.
Doté d'une longue expérience dans le secteur porcin, Daniel Bellec (à droite) a pris la direction de Syproporcs il y a à peine deux mois. Ici au côté de son président, Hervé Gaté.
© Audrey Dibet

"Des éleveurs sont en train de nous rejoindre, en particulier des éleveurs du Finistère avec une importante production, se réjouit Hervé Gaté, président de Syproporcs, une structure, reconnue sur 17 départements du Grand-Ouest avec 220 adhérents, qui tenait son AG vendredi dernier, à Saint-Méen-le-Grand (35). "Dans certains secteurs, remarque-t-il, Syproporcs est la seule alternative pour les éleveurs au système tout filière qui est en train de se restructurer". Cependant, même avec une progression du nombre d'animaux prévue pour 2008, "le groupement doit mutualiser la commercialisation pour peser", c'est le socle minimum selon Hervé Gaté. L'effectif d'animaux qui passe par le cadran (plus de 50%) est en progression. 4,5% des porcs sont commercialisés à l'export, et le reste en direct. "Parmi nos clients, la plupart sont des entreprises privées, note Daniel Bellec, Abéra en premier avec 34%, devant Kermené (22%), AIM (11%) et Charal (10%)".

 

Liberté de choix

Impliqué ni dans l'aval, ni dans l'amont, le groupement offre à ses adhérents la liberté de choix la plus totale vis-à-vis des ses fournisseurs. Dès lors, estime le président, "l'éleveur peut aller chercher le meilleur service, en matière de génétique, d'aliments, etc. Cela implique que la structure de Syproporcs soit la plus légère possible avec une cotisation basse". Et c'est aussi parce qu'il s'est adossé à la coopérative Le Gouessant il y a quatre ans, que le groupement de porcs a aujourd'hui les moyens de porter son projet "new look" comme le qualifie Hervé Gaté. Ainsi, "ce rapprochement politique, fondé sur des bases libérales et animé par une même volonté d'indépendance vis-à-vis de l'aval, préserve et assure la liberté de chef d'entreprise", selon le président de Syproporcs.

Enfin, le groupement organisait son AG sur le thème des énergies renouvelables, car pour Hervé Gaté, "de l'énergie, dans tous les sens du terme, il en faut aux éleveurs pour faire face aux mutations d'aujourd'hui".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité