Aller au contenu principal

Syproporcs : Le groupement montant

Les éleveurs sont chaque année plus nombreux à plébisciter Syproporcs en rejoignant ce groupement précurseur dans de nouveaux outils de décision pour les éleveurs.

Hervé Gaté, Christian Colas, Daniel Bellec et Michel Le Mercier
Hervé Gaté, Christian Colas, Daniel Bellec et Michel Le Mercier
© terra

Pour Hervé Gaté, président de Syproporcs, "il est important d'innover et de continuer de proposer de nouvelles idées aux adhérents" face à "un modèle actuel qui s'use". Après avoir mis en place l'offre en longueur de l'aliment en 2010, le groupement propose le marché à livraison différée depuis mars. Un moyen pour les éleveurs d'avoir une bonne lisibilité de leur trésorerie à moyen terme. 19 éleveurs, situés dans la zone géographique de Kermené, ont déjà contractualisé avec l'abattoir, pour des volumes plus ou moins importants, mais toujours sur des lots de minimum 50 porcs.
Pour Daniel Le Mercier, éleveur à Elliant (29), venu témoigner à l'AG de Syproporcs le 24 juin à Plérin, cela représente 45% de sa production contractualisée jusqu'à fin septembre. "Un choix pour l'instant de marge négative" et donc "pas simple à faire" mais un moindre mal estime cet éleveur qui contractualise aussi de l'aliment complet au Gouessant. Quant à Christian Colas, éleveur-fafeur à Lamballe (22), il apprécie s'être "réapproprié le pouvoir de décider" malgré les difficultés que cela représente. Positionné dès mars sur des prix pour trois mois, à raison de 200 porcs semaine, sa "situation fut déficitaire au début puis équilibrée en mai pour finir positive en juin". Des choix faits en toute liberté par ces éleveurs, et en connaissance de leur situation particulière d'exploitation.
Selon les responsables, le marché à livraison différée mérite néanmoins d'évoluer en s'ouvrant à de nouveaux abattoirs et avec des cotations proposées à un horizon de quatre mois contre trois aujourd'hui. Hervé Gaté se dit également "optimiste sur l'appropriation de cet outil par le MPB".


17 000 porcs semaine

 

Présent sur 17 départements de l'Ouest, Syproporcs, qui avait démarré à 100 000 porcs en 2003, en a commercialisé
804 000 en 2010 et se situe aujourd'hui sur un rythme de 17 000 porcs semaine. Troisième apporteur en volume au MPB, Syproporcs dispose aussi d'une gamme de clients équilibrée pour 30% de ses volumes. "26 nouveaux adhérents ont rejoint le groupement l'an dernier. C'est une récompense de la stratégie mise en place, estime le directeur Daniel Bellec, et le moyen par la masse de défendre le prix aux éleveurs". C'est aussi le signe que la politique du groupement répond à un véritable besoin du terrain.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Pour un soutien différencié à l’agriculture biologique

De plus en plus de jeunes entrent dans le métier avec un projet en agriculture biologique (30 % en 2020 en Bretagne). Ce…

Publicité