Aller au contenu principal

Syproporcs, un groupement attentif aux demandes de porc "sociétal"

"Produis-moi ce que je demande". À la Sica Syproporcs, filiale du Gouessant, on estime que les paradigmes ont changé. Avec 15 cahiers des charges et 25 débouchés, le groupement de porcs basé à Lamballe recherche des modèles rémunérateurs, "apporteurs de solutions" aux attentes du consommateur.

À la Sica Syproporcs, le nombre de porcs charcutiers standards commercialisés l'année dernière s'élève à 427 000 porcs. "Nous ne sommes pas leader en volume mais nous sommes une structure légère et réactive avec des débouchés", précise Gildas Alleno, son président en poste depuis janvier 2019 et producteur de porcs bio à Lanfains (22).

Répondre ‡ la demande

Avec ses 15 cahiers des charges différents et ses 25 débouchés, le groupement défend la complémentarité des modèles, se considérant comme un "apporteur de solutions" pour ses clients et préfère parler de "bien-traitance des animaux et de bien-être des éleveurs". Ici comme dans toute la filière, après une année 2018 médiocre causée par un prix bas et un aliment cher, les responsables du groupement espèrent que l'embellie des cours du porc relancera l'investissement. Reste alors le modèle à choisir ! "Le modèle unique est derrière nous. Entre le porc VPF et le porc bio, il y a de la place. On cherche des solutions pour demain, un modèle rémunérateur à terme. Ce serait gênant d'importer du porc "sociétal", estime le président, ajoutant "quant aux retards d'enlèvements en élevage cet hiver, nous avons été plutôt bien lotis". Ici le porc sous signe de qualité (Label Rouge, Fermier Label Rouge et bio) représente quelque 50 000 porcs vendus en 2018.

Un volume en progression

Et la politique semble porter ses fruits. En 2018, le groupement est passée de 150 à 180 adhérents (répartis sur 15 départements) réalisant une progression de son chiffre d'affaires de 52 M€ à 55 M€. Cette différence s'explique par un effet "volume" des animaux vendus, de l'ordre de 10 M€ de CA supplémentaire, que l'effet "prix" désastreux en 2018 a sabordé (- 7 M€). L'augmentation de 19 % des volumes se confirme en 2019, avec un nombre de porcs (standard) commercialisés estimés entre 550 et 585 000. Le groupement travaille avec un grand nombre de clients abatteurs du grand Ouest, dont Kermené (33 %), Abera (20 %) et Loudéac Viandes (groupe Bernard).

En quelques années, Syproporcs a inversé la tendance, de 70 % porcs vendus au marché du porc breton en 2015, 80 % sont vendus aujourd'hui en direct. Une situation que le groupement explique par les évolutions du MPB après la crise de 2015. "Nous sommes attachés au prix de base et avons besoin d'une cotation pour fixer un prix de marché".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Robots d’alimentation, pour quels bénéfices ?
Avec l’agrandissement des structures, les robots d’alimentation se multiplient dans les élevages. Pour quels bénéfices ? Chambres…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

"Vivre de ma passion, pas pour ma passion"
À l'occasion du Space la semaine passée, une visite d'exploitation était organisée pour mettre en avant les efforts des…
Publicité