Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Syproporcs, un groupement attentif aux demandes de porc "sociétal"

"Produis-moi ce que je demande". À la Sica Syproporcs, filiale du Gouessant, on estime que les paradigmes ont changé. Avec 15 cahiers des charges et 25 débouchés, le groupement de porcs basé à Lamballe recherche des modèles rémunérateurs, "apporteurs de solutions" aux attentes du consommateur.

À la Sica Syproporcs, le nombre de porcs charcutiers standards commercialisés l'année dernière s'élève à 427 000 porcs. "Nous ne sommes pas leader en volume mais nous sommes une structure légère et réactive avec des débouchés", précise Gildas Alleno, son président en poste depuis janvier 2019 et producteur de porcs bio à Lanfains (22).

Répondre ‡ la demande

Avec ses 15 cahiers des charges différents et ses 25 débouchés, le groupement défend la complémentarité des modèles, se considérant comme un "apporteur de solutions" pour ses clients et préfère parler de "bien-traitance des animaux et de bien-être des éleveurs". Ici comme dans toute la filière, après une année 2018 médiocre causée par un prix bas et un aliment cher, les responsables du groupement espèrent que l'embellie des cours du porc relancera l'investissement. Reste alors le modèle à choisir ! "Le modèle unique est derrière nous. Entre le porc VPF et le porc bio, il y a de la place. On cherche des solutions pour demain, un modèle rémunérateur à terme. Ce serait gênant d'importer du porc "sociétal", estime le président, ajoutant "quant aux retards d'enlèvements en élevage cet hiver, nous avons été plutôt bien lotis". Ici le porc sous signe de qualité (Label Rouge, Fermier Label Rouge et bio) représente quelque 50 000 porcs vendus en 2018.

Un volume en progression

Et la politique semble porter ses fruits. En 2018, le groupement est passée de 150 à 180 adhérents (répartis sur 15 départements) réalisant une progression de son chiffre d'affaires de 52 M€ à 55 M€. Cette différence s'explique par un effet "volume" des animaux vendus, de l'ordre de 10 M€ de CA supplémentaire, que l'effet "prix" désastreux en 2018 a sabordé (- 7 M€). L'augmentation de 19 % des volumes se confirme en 2019, avec un nombre de porcs (standard) commercialisés estimés entre 550 et 585 000. Le groupement travaille avec un grand nombre de clients abatteurs du grand Ouest, dont Kermené (33 %), Abera (20 %) et Loudéac Viandes (groupe Bernard).

En quelques années, Syproporcs a inversé la tendance, de 70 % porcs vendus au marché du porc breton en 2015, 80 % sont vendus aujourd'hui en direct. Une situation que le groupement explique par les évolutions du MPB après la crise de 2015. "Nous sommes attachés au prix de base et avons besoin d'une cotation pour fixer un prix de marché".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
La FNP (producteurs de porcs) dénonce une intrusion de BFMTV dans un élevage

"Des journalistes de BFMTV sont entrés de nuit en toute illégalité dans un élevage de porcs, faisant le jeu des…

Vignette
FNSEA et JA annoncent un "blocage des axes majeurs de circulation" le 8 octobre

Les syndicats agricoles majoritaires ont annoncé un "blocage des axes majeurs de circulation le 8 octobre". Il s'…

Vignette
Dans l’Orne, une nouvelle attaque d’élevage suscite la colère de la profession agricole

Un incendie criminel a ravagé trois bâtiments d’un élevage de poulets de l’Orne, dans la nuit du 16 au 17 septembre. Si l’…

Vignette
L’agriculture paysanne, solution au changement climatique
Face au changement climatique, la Confédération paysanne de Bretagne s’est penchée sur les scénarios agricoles et alimentaires…
Vignette
Quelle place pour les femmes en agriculture ?
Si un chef d'exploitation sur trois est aujourd'hui une femme, ces dernières restent encore peu visibles en agriculture et…
Vignette
100 emplois

"Les salariés et salariées craignent une perte de plus de 100 emplois sur 620" dans les cinq chambres d’Agriculture…

Publicité