Aller au contenu principal

CHAMBRES D'AGRICULTURE DE L'ARC ATLANTIQUE
A-t-on encore besoin d'une politique agricole commune ?

Même si une partie des dirigeants européens estime ne plus en avoir besoin, l'AC3A, l'Association des chambres d'agriculture de l'Arc Atlantique a rappelé son attachement à une politique agricole commune.

De gauche à droite : Michaël Quernez, vice-président du conseil général du Finistère, Henri Nallet, ancien ministre de l'Agriculture, Jean-Michel Lemétayer, président de la FNSEA, Luc Guyau,président de l'APCA, Odette Herviau, vice-présidente du conseil régional de Bretagne.
De gauche à droite : Michaël Quernez, vice-président du conseil général du Finistère, Henri Nallet, ancien ministre de l'Agriculture, Jean-Michel Lemétayer, président de la FNSEA, Luc Guyau,président de l'APCA, Odette Herviau, vice-présidente du conseil régional de Bretagne.
© Terra

"Le marché doit gérer". Pour Henri Nallet, bon nombre de dirigeants européens sont aujourd'hui persuadés que l'Europe n'a plus besoin de politique agricole commune. Sa crainte ? "Une fois encore, les européens vont être en retard d'une guerre". Car l'ancien ministre de l'Agriculture en est persuadé, tout plaide pour un retour à la régulation, à commencer par l'échec des négociations à l'OMC. "La crise alimentaire que l'on connaît actuellement montre aussi que la libéralisation est arrivée au bout de ses effets et qu'il faut trouver autre chose". Sans oublier les américains, bien décidés à soutenir leur agriculture.

Besoin de sécurité
"Il n'y a pas de possibilité de durabilité alimentaire dans le monde sans un minimum de régulation". Pour Luc Guyau, président de l'APCA, l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture, une politique agricole est absolument nécessaire. "Elle assure la diversité. Et il ne faut pas oublier qu'agriculture et agroalimentaire sont facteurs d'équilibre du territoire".
Jean-Michel Le Métayer va encore plus loin. "Non seulement il faut une politique agricole, mais il faut qu'elle soit commune". La réforme de 2003 a laissé beaucoup de possibilités de choix aux états membres, ce qui, aujourd'hui, induit des distorsions de concurrence entre producteurs. "Le démantèlement des OCM, les organisations communes de marché, est une erreur fondamentale de la commission européenne, rajoute le président de la FNSEA. On avait sans doute été trop loin, quand les seuls débouchés pour nos produits étaient les frigos ou les hangars de stockage. Mais un virage à 180° et le démantèlement de tous les mécanismes de soutien n'est pas non plus la bonne politique : les agriculteurs et les consommateurs ont besoin d'être sécurisés".

Une politique alimentaire européenne
"Le devenir de la PAC est vital pour la Bretagne, estime Odette Herviaux, vice-présidente du conseil régional. Elle doit être maintenue et même renforcée, au service d'une politique alimentaire européenne, voire mondiale". Car si l'Europe n'a pas vocation à nourrir le monde entier, "elle peut y contribuer largement".
"On ne réussira pas la réforme de la PAC si on ne fait pas adhérer la population, affirme Michaël Quernez, vice-président du conseil général du Finistère. Il y a eu une incompréhension au moment de la constitution des stocks, un divorce entre la population et la profession agricole. Il faut maintenant renouer le dialogue, tout en ayant le courage de dire que la reconquête du pouvoir d'achat ne passera pas par une diminution du prix de la matière première alimentaire : l'agriculture doit pouvoir rémunérer ses emplois".

L'AC3A, c'est quoi ?

Depuis 1992, les chambres régionales d'agriculture de Normandie, Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes et Aquitaine, et 22 chambres départementales de la façade atlantique ont décidé de renforcer leurs échanges et de développer des actions communes.
L'AC3A, l'Association des chambres d'agriculture de l'Arc Atlantique a également noué des contacts avec le secteur agricole et rural en Irlande, au Royaume-Uni, en Espagne et au Portugal et a profité de Brest 2008, en juillet dernier, pour organiser une rencontre transnationale sur le thème de la terre et de la mer. Elle a tenu son congrès annuel les 28 et 29 août à Océanopolis, à Brest (29).

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
Tristan Delisle, un producteur de lapins engagé
Tristan Delisle s'est installé en mars 2020 sur l'élevage familial de lapins avec sa mère, en remplacement de son père parti à la…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
Publicité