Aller au contenu principal

Talents Tech&bio 2017, des Bretons au palmarès

Organisé tous les deux ans dans la Drôme, le salon Tech&bio a vocation à favoriser l’échange de pratiques agricoles bio et alternatives. Dans cet esprit, les organisateurs ont souhaité mettre à l'honneur des agriculteurs bio qui se démarquent par leur savoir-faire, leurs résultats technico-économiques et socio-environnementaux : ce sont les Talents Tech&Bio décernés à 15 lauréats. Parmi eux, deux producteurs bio bretons ont témoigné de leurs parcours lors d'une table ronde sur le salon.

Le Gaec Kerelbio (29)

En 1991, Philippe Bihan a repris la suite familiale au sein d’un Gaec avec quatre associés. L’exploitation s’est convertie à l’agriculture biologique en 2009. Depuis le départ en production de légumes avec des produits de qualité, la conversion a été un nouveau défi pour plus de satisfaction et pour donner plus de sens au métier d’agriculteur. Elle a conduit à diversifier la rotation. De cinq, l’exploitation produit aujourd’hui une dizaine de légumes différents.
À cela s’ajoutent des céréales et des pois de conserve. Des engrais verts sont mis en place en inter-culture. Ces changements ont apporté de la diversité dans le système cultural mais aussi dans le travail, autre point de satisfaction de Philippe. La commercialisation des légumes produits passe intégralement par la coopérative BioBreizh (Landivisiau). La situation géographique n’était pas favorable au circuit court. Le fonctionnement satisfait l’agriculteur. La planification de la production se fait en concertation avec les besoins des expéditeurs et la capacité des producteurs à fournir les légumes demandés. Ce fonctionnement permet de garantir des prix et des volumes sans heurt. Bio rime avec innovation : Philippe recherche en permanence à améliorer son système de production en faisant appel à des techniques permettant de réduire la pénibilité du travail. Ainsi, il a adopté un chariot guidé par GPS facilitant le désherbage manuel. Pour Philippe Bihan, produire bio c’est savoir anticiper. Il met tout en œuvre pour réduire les interventions de désherbage. En complément des faux-semis, il a acquis un désherbeur thermique qui lui facilite la conduite des semis de carotte par exemple. Il utilise également du bâchage contre les mouches. Pour lui, la protection des cultures passe par la rotation et un maintien de la biodiversité. Philippe Bihan se sent valorisé par son mode de production. Il échange facilement sur ses pratiques et ses produits auprès de son entourage.

La Ferme du Rozay (35)

Exploitants en Gaec sur la ferme du Rozay à Essé, Sébastien Hivert et Pierre Rozé sont en bio depuis 2006. Sébastien a rejoint Pierre en 2011 suite à un contrat de parrainage. Le troupeau se compose d'une soixantaine de vaches allaitantes avec sa suite. Malgré un parcellaire éclaté, les producteurs atteignent une quasi autonomie. Seulement une tonne de tourteau de colza (en local) et douze tonnes de paille sont achetées à l’extérieur. Les prairies représentent près des trois quarts des surfaces de l’exploitation. Les vaches pâturent ainsi de la mi-mars à la mi-décembre. Une complémentation est apportée lors des deux périodes de vêlage (septembre/octobre, février/avril). La gestion du pâturage a été améliorée pour optimiser le rendement de la prairie tout en garantissant un fourrage de qualité dans la ration des animaux. L’ensemble des produits est commercialisé en circuits courts (collectivités, particuliers) sauf les broutards. Actuellement, les circuits courts représentent 83 % des débouchés du Gaec. Les vaches de réforme sont commercialisées en vente directe sous forme de caissette. Les exploitants diversifient également leurs productions en transformant leurs cultures en farine pour une boulangerie locale. Aujourd’hui, la plus-value liée aux circuits courts et la reconnaissance du consommateur de leur travail encourage les éleveurs à maintenir leur cap sur le système en place.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité