Aller au contenu principal

Ter'élevage veut susciter des vocations

Comment sensibiliser les élèves des lycées agricoles aux autres productions que celles fréquemment connues sur le département telles que le lait ou les céréales ? La coopérative Ter'élevage a trouvé un début de réponse avec un partenariat avec le lycée Les Vergers de Dol-de-Bretagne.

Les élèves du lycée Les Vergers en visite sur l'exploitation de Michel Boissel.
Les élèves du lycée Les Vergers en visite sur l'exploitation de Michel Boissel.
© A.M

"Cela fait maintenant 7 ans que nous intervenons en classe de BTS Acse et PA pour communiquer sur la production de viande bovine", explique Jean Louis Loreau, animateur technique chez Ter'élevage. Concrètement, cette journée de sensibilisation se déroule en deux temps. Pendant une matinée, une intervention a lieu en classe sur les marchés, les filières, ou encore la demande du consommateur. "C'est aussi l'occasion d'aborder les métiers de producteur, de technicien ou de commercial et d'évoquer le fonctionnement d'une coopérative", ajoute Jean Louis Loreau.

Le deuxième temps de ce partenariat se déroule sous la forme d'une visite d'élevage. Ainsi, mi-novembre, les élèves se sont rendus à Pleumeleuc, chez Michel Boissel, qui produit environ 80 JB laitiers par an, à partir de veaux de 10 - 15 jours. "Je me suis installé en 1988 et comme j'étais relativement seul dans le secteur à faire du taurillon, je me suis rapproché de la coopérative à la fois pour avoir un soutien technique, mais aussi financier et pour trouver un appui lors du montage de dossiers d'aides que ce soit pour les bâtiments ou la production", témoigne Michel Boissel. Et d'ajouter : "Et comme je n'ai pas du tout l'âme d'un vendeur, l'avantage avec la coopérative, c'est qu'il y a une grille de prix par semaine et tout le monde est payé le même prix".

Au pâturage  les trois quarts de l'année

La spécificité du système de Michel Boissel réside dans le fait que les jeunes bovins sont au pâturage les trois quarts de l'année, grâce à un parcellaire regroupé et lorsque l'herbe manque, un complément est apporté à l'auge. L'avantage étant que l'éleveur peut se passer de concentré azoté pendant 10 mois. Un premier lot est acheté en fin d'été et le deuxième mi octobre, alternativement en Prim'holstein et Montbéliarde. Damien, le fils de Michel va le rejoindre sur l'exploitation à partir de 2015. Les éleveurs vont donc augmenter leur production de JB pour passer à 120 avec un 3e lot. L'occasion pour Jean-Louis Loreau d'expliquer les aides qui existent grâce au groupement. "Nous avons des systèmes d'aides pour sécuriser les jeunes qui s'installent, ou des éleveurs qui créent des places ou améliorent les bâtiments comme cela s'est fait ici". Pour le technicien, c'est une condition indispensable, "car la filière doit se donner les moyens car elle ne peut pas durer sans renouvellement ni investissements". Toute l'après midi, Michel Boissel a conduit les élèves du lycée sur les différents bâtiments de son exploitation, expliquant avec passion son système de production. "Même si les marges de production sont faibles, cela pousse à raisonner toutes les charges de production et à mes yeux il y a de l'avenir dans la production de JB laitiers". De là à susciter des vocations parmi les élèves présents ? Réponse d'ici quelques années...

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité